Imposteurs et sabordeurs

mariniere montebourg

Ce billet est dédié à un certain TyranDo, thuriféraire du gourou de la secte des ouiouistes Quatremer, et qui sur le blog d’icelui avait écrit un soir de jouissance (c’était le 2 octobre 2009, quand les Irlandais vaincus par la propagande et leur propre bêtise, ont voté oui au TCE) cette épitaphe qui se voulait drôle :

“——- Avis de disparition ——-

La concurrence libre et non faussée, Piotr le plombier polonais et Anna la pute slovaque ont la joie de faire part du décès de la

Famille NONISTE

survenu le 2 octobre 2009.

L’inhumation aura lieu ce jour dans la fosse commune du cimetière des chiens à Asnières (4, pont de Clichy - 92600 Asnières). Ni fleurs ni couronnes. Une cérémonie pour que chacun puisse venir cracher sur la fosse sera organisée ultérieurement.

Le présent avis tient lieu de faire-part et de remerciements.

Que tous ceux qui ont connu l’un des membres des cette famille aient une injure et un bras d’honneur pour lui.

Tous les européens tiennent à remercier Jean Quatremer qui, depuis quatre ans au moins, a su transformer la misérable existence des défunts en un enfer quotidien.

Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. (Luc 23,33-34)”

Je pense sincèrement qu’en plus des crachats, des injures, des bras d’honneur et des prières, il y a surtout des coups de pieds au cul qui se perdent. J’espère simplement que cet individu a depuis lors pris conscience de l’étendue de sa bêtise (même si c’est probablement un exercice qui donne le vertige) et qu’il est désormais planqué sous son lit en attendant que la honte passe, ce qui devrait durer encore quelques siècles.

Bon, ça c’était juste l’introduction.

Pour Anna la pute slovaque, je me déclare incompétent, même s’il me semble avoir compris que ses congénères ont envahi les trottoirs européens, cassant les prix et compromettant le business des autochtones, pour le plus grand bonheur de Vladimir son maquereau. Si quelqu’un peut me le confirmer…

Par contre, pour Piotr le plombier polonais, et surtout Dragomir le routier roumain, il y a des trucs totalement hallucinants qui sont en train de se produire.

Reportage d’Envoyé Spécial sur France 2. Deux ouvriers du bâtiment, dont je ne sais pas si l’un d’eux s’appelle Piotr) s’apprêtent à prendre la route pour… Metz où ils ont été embauchés sur un chantier.

En 2010, j’avais déjà raconté comment j’avais découvert que les lignes électriques de la campagne messine étaient montées par des Espagnols et que le nouvel hôpital de Metz était construit par des ouvriers lettons. D’ailleurs après ce billet, j’ai commencé à croiser quotidiennement sur la route qui mène à l’hôpital, et qui est aussi celle du début de mon trajet vers le turbin, des voitures et camionnettes qui venaient de tous les pays de l’Est.

L’hôpital est désormais ouvert, et le plus gros chantier de Metz s’est déplacé rue Georges Ducroq, surplombant la rivière “La Seille”, là ou les champs actuels doivent être remplacés par 1600 logements. Et c’est là que nos deux Polonais vont bosser. Le reportage montre leur arrivée à Metz, leur installation à l’hôtel (apparemment fourni par l’employeur) et leur découverte du chantier, accueillis par un patron… luxembourgeois. Décidément c’est une manie ! Même si l’histoire ne dit pas si c’est une vraie société luxembourgeoise, ou une société française frauduleusement établie au Luxembourg, comme cela se pratique par ici couramment et en toute impunité…

Toujours est-il qu’une fois encore, dans une région ravagée par le chômage, des ouvriers Polonais travaillent à la place des Français en cassant les prix, pour le seul profit des intermédiaires. Grâce à l’Europe des ouiouistes.

Mais l’objet principal de ma colère et de ce billet, c’est la directive européenne sur le “cabotage”, qui doit entrer en vigueur le 1er Janvier 2014.

Essayons d’expliquer simplement. Le transport routier est très économique, et c’est donc le plus utilisé pour livrer des marchandises en Europe. Dans un monde de plus en plus consumériste, le trafic ne fait que grossir, avec son cortège de désagréments. Les camions sont de plus en plus gros (désormais jusqu’à 44 tonnes en attendant mieux). Il y a quelques décennies, de nombreux chauffeurs routiers français faisaient de l’international, livrant les produits de nos nombreuses usines partout en Europe.
Cette époque est révolue. D’une part, grâce aux ouiouistes, nos usines sont parties et il y a de moins en moins de choses à livrer, mais surtout, toujours grâce aux ouiouistes, ce sont les chauffeurs des pays de l’Est qui ont pris la relève. Comme par exemple Bouygues l’a fait pour le bâtiment, des exploiteurs cyniques comme la société Norbert Dentressangle ont monté des filiales en Pologne ou en Roumanie, et ce sont des chauffeurs de ces pays qui assurent désormais les transports internationaux. Payés au tarif de leur pays d’origine, il livrent désormais de Madrid à Paris, puis de Paris à Amsterdam, d’Amsterdam à Berlin, de Berlin à Rome… etc… etc… Ils restent parfois 3 mois sans rentrer chez eux. Ce sont eux que l’on peut voir le week-end squatter les aires d’autoroutes (jusqu’à en faire déborder certaines) pour cause d’interdiction de rouler.
Le tout en toute légalité, “c’est ça l’Europe”.

Jusqu’ici, il y avait une dernière restriction : l’interdiction du “cabotage”. Dragomir à le droit de faire Madrid-Marseille, puis Marseille-Bruxelles, mais n’a pas le droit de profiter lâchement de sa présence sur le territoire français pour livrer de Marseille à Lille, par exemple. Même si certains ne se gênent pas pour le faire, c’est illégal. Du coup, ce sont encore des chauffeurs Français qui font les trajets franco-français.

Enfin, jusqu’au premier janvier 2014, date où la pratique du cabotage sera totalement déréglementée. La conséquence est simple : Raymond le routier sera très rapidement remplacé par Dragomir, son “collègue” de la filiale roumaine, qui fera le même boulot que lui, pour 2 ou 3 fois moins cher. Et des dizaines de milliers de Raymond n’auront plus d’autre choix que d’aller voir Paul. Paul Lempois.

C’est à se taper la tête contre les murs.

On savait déjà que les politiciens Français, tout en appelant au patriotisme économique, avaient délocalisé la fabrication de la carte vitale en Inde, remplacé les mobylettes Peugeot de La Poste par des scooters coréens Kymco, ou fait fabriquer les treillis de l’armée française au Sri-Lanka.

Sabotage, sabordage, crime social, suicide économique

La solution, on la connaît, elle commence par mettre des droits de douane sur les marchandises en provenance de pays qui piétinent l’écologie, le droit du travail, et font travailler des gens dans des conditions assimilables à de l’esclavage. Mais Il faudrait pour cela piétiner les libéraux qui ont tout fait pour justement faire sauter ces barrières.

Et que fait ce gouvernement de “gauche” ? Se révoltera-t-il ? Car enfin, il y a des limites à ce que l’on peut supporter ! Eh bien non, il ne fait rien. Ou si peu. Du vent, comme d’habitude. Le ministre des transports, que personne ne connaissait et que la France n’a découvert que lors de l’hystérie du retour de Florence Cassez, s’est déclaré contre. Sauf que ce tartuffe , comme la plupart de ses semblables, est un ouiouiste qui a voté le traité de Lisbonne. Cuvillier est contre cette directive libérale comme Hollandréou est contre la finance. Au final, il s’écrasera comme une merde.

Une question : Frédéric Cuvillier (et au delà de lui le gouvernement) est il stupide et incompétent, ou se fout-il ouvertement de nous ? L’a-t-il lu et compris, ce traité ? Ignorerait-il que ce traité, comme les autres, n’est qu’une déclinaison de la bible libérale, et que son cheval de bataille est la “concurrence libre et non faussée”, avec son cortège de privatisations, de massacre des Services Publics et de dumping social ? Tout ce que dénonçaient les nonistes, au passage. Tout ce qui s’est vérifié depuis 20 ans.

Il peut jouer les outragés tant qu’il veut, sa posture est à peu aussi ridicule que celle de l’électeur de Sarkozy qui se serait plaint du recul de l’âge de la retraite…

Pourtant, en France nous avons la chance d’avoir un vrai défenseur du Made In France, qui n’hésite pas à payer de sa personne : Arnaud Montebourg.
Déjà, sur cette pub, on pourra objecter qu’Armor Lux fabrique 60% de ses fringues hors de France, que la montre Michel Herbelin n’est pas vraiment française de souche et que Moulinex, sur son histoire des vingt dernières années; n’est sûrement pas la marque que j’aurais spontanément prise comme modèle.

Sinon, Arnaud Montebourg c’est le messie, la caution de “gauche” de ce gouvernement de vendus ultralibéraux. Le gars qui a dit son fait à Mittal, et voulait nationaliser sa société.

Hélas, on ne peut pas dire que le résultat soit à la hauteur des moulinets. Impuissant dans le dossier Peugeot, désavoué dans celui de Mittal, son bilan est bien mince pour ne pas dire inexistant.

Et puis, comment faire confiance à un type si évidemment avide du pouvoir ? Un type qui a passé sa carrière à louvoyer par pure tactique entre les courants du P”S” ? Un type qui a choisi d’être à gauche car c’est là qu’il a repéré un couloir libre. Un type qui appartient à la franc-maçonnerie, qui a postulé et a été retenu à la formation des “Young Leaders” de la “French-American Foundation” ? Un type ultraproductiviste, qui voit un avenir au nucléaire et rêve de lancer l’exploitation du gaz de schiste en France ? Un type qui pas plus tard que la semaine dernière a répondu à Pujadas, avec le plus parfait aplomb, que oui, ce gouvernement est bien “de gauche” ?

Vous faites ce que vous voulez, mais moi je ne lui prêterais pas mon peigne.

Et il dit quoi, Montebourg, sur le “cabotage” ?

Je n’en sais rien, mais en fait on s’en fout de son avis, la directive européenne DOIT s’appliquer.

There Is No Alternative®.

145 thoughts on “Imposteurs et sabordeurs

Laisser un commentaire