Arithmétique politique et (surtout) nucléaire

[Heu… L'illustration, c'est le réacteur 4 de Fukushima, où le siège de l'UMP ?]

Bon alors, les cantonales. 55% d'abstention. On n'a parlé que du FHaine, mais l'UMPS se partage plus de 2000 sièges, et le FHaine… 2 ! La télé nous inflige des discours passionnants de Copé ou de Moscovici, très didactiques puisqu'ils peuvent expliquer à eux seuls l'abstention, sinon le vote FHaine…

Ouah, le P"S" gagne 4 départements, dis donc, qu'est-ce qu'on va être bien ! Et, le plus important, François Hollande va se présenter à la "primaire" socialiste.

Bon, je déconne, tout ça on s'en fout. Pourquoi perdre son temps à faire un billet là-dessus ?

Parlons plutôt de la centrale de Fukushima. Lors de mon premier billet, on m'avait reproché d'être trop alarmiste. Deux semaines plus tard, il semble que j'étais en fait très en dessous de la réalité : il est clair que depuis la première explosion, les "responsables" ont totalement perdu le contrôle de leur jouet.

Pire, la gestion de la situation est à ce point catastrophique qu'on pourrait croire que c'est Roselyne Bachelot qui est à la manœuvre !

Lisez seulement cet article de l'Express du jour : 

"Tokyo Electric Power (Tepco), opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima (nord-est), a reconnu dimanche soir s'être trompé en annonçant le matin un niveau de radioactivité "10 millions de fois plus élevé" que la normale dans une nappe d'eau échappée du réacteur 2.
Tepco a convoqué une conférence de presse en urgence après que le nombre de "10 millions" eut été repris en boucle par les médias japonais et du monde entier, alimentant encore davantage la psychose concernant le site accidenté.
En revanche l'annonce d'un taux mesuré de "1000 millisieverts par heure" dans l'eau retrouvée au sous-sol de la salle de la turbine est exact, a assuré Tepco.
"

Reprenons. La radioactivité naturelle telle qu'on peut la mesurer en France et l'observer en ce moment sur le site de l'IRSN est de l'ordre de 100 nanosievert/h. Donc, si l'eau de Fukushima est à 1000 millisievert/h, on peut poser la division : 1000.10-3/100.10-9 = 10.106… Soit en bon français, 10 millions… Le chiffre était donc bon, et ce n'est que devant l'effroi provoqué par l'énormité du truc que les communicants ont reculé et fait croire à une erreur… La psychose peut donc continuer…

Poursuivons dans le portnimwak:
"A Tokyo, dimanche matin, la dose de radioactivité ambiante était de 0,22 milliSievert par heure, soit six fois la normale pour la ville. Cela reste néanmoins dans la fourchette de la moyenne mondiale de radioactivité naturelle, comprise entre 0,17 et 0,39 milliSievert/heure."

Là, c'est l'Express qui s'emmêle les crayons. La phrase n'est qu'une succession de boulettes. Confondre les millis et les micros, c'est un peu comme comme confondre les millions et les milliards, ça ne fait pas très sérieux. Bref. Comme le compteur Geiger de Chiba l'indique (quand il fonctionne, et ce n'est pas le cas à l'heure où j'écris), à Tokyo il y avait cette semaine entre 0,20 et 0,30 microsievert/h, soit 2 ou 3 fois la valeur normale. Et Lapalisse aurait évidemment conclu que 2 ou 3 fois la normale, ce n'est pas normal. Même si ce n'est peut-être pas encore dangereux. Les travailleurs français du nucléaire ont "le droit" à 16 millisievert/an, soit l'équivalent de 1,8 microsievert/heure, 8 fois plus qu'à Tokyo actuellement. La situation est grave, pas (encore) désespérée.

Par contre, l'avenir s'annonce sombre au Japon. Déjà personne ne peut dire combien de temps la situation va durer, et jusqu'où elle peut aller. Il est désormais certain qu'au moins un réacteur est complètement pété, que comme par hasard c'est celui qui contient du Mox (made in Areva), et que du plutonium, cette merde noire, va se répandre à l'extérieur.

A Tokyo, l'autre jour, l'eau du robinet n'était plus potable (imaginez 35 millions de personnes qui se précipitent d'un coup pour acheter plusieurs packs de flotte !). Le lait, le poisson, les fruits de mer, les légumes verts, sont empoisonnés. La terre est pourrie pour des centaines d'années. Les Japonais ont encore une chance : à peine plus de 20% de leur électricité était nucléaire, ils n'ont qu'à faire 20% d'économie pour s'en débarrasser sans frais. Nous, c'est 4 fois plus.

En France, l'unanimité est totale sur l'innocuité totale du nuage, après 10000 km de voyage. Même si la Criirad, le seul organisme indépendant, celui qu'il faut donc écouter, dénonce une sous-estimation volontaire des mesures faites en France. Lisez plutôt

Il y a une autre unanimité en France. Celle de l'UMPS qui souhaite faire le gros dos pendant la crise, commanditer des audits bidon (avec des commissions et des sous-commissions) et continuer ensuite résolument dans le nucléaire. La situation est pourtant gravissime, et nous ne pourrons pas faire l'économie d'une remise en question drastique.

Bon, sur ce je m'en vais anticiper la dure reprise du changement d'heure demain matin, et m'endormir en comptant les becquerels. Et le sourire aux lèvres, la télé vient de m'apprendre la défaite d'Isabelle Balkany… 

39 thoughts on “Arithmétique politique et (surtout) nucléaire

  1. Maintenant oui, on peut parler de grosse catastrophe nucléaire. Je ne serais pas surpris que le niveau de gravité soit porté à 6 au final. La zone de 20 kms de rayon autour de la centrale est fortement  contaminée et ne sera donc plus ni habitable ni cultivable pour des dizaines (centaines?) d'années. Au niveau des conséquences territoriales nous sommes bien dans une situation type Tchernobyl.
    Je vous recommande cet article sur "Les atomes crochus des politiques avec le nucléaire":
    http://www.slate.fr/story/35467/lobby-nucleaire
    Quelqu'un a vu le documentaire "RAS nucléaire - rien à signaler" qui vient d'être rediffusé sur ARTE ?
    http://www.artevod.com/rasnucleairerienasignaler

    • Oui, je l'ai vu, et vous le recommande chaudement. Et il doit être encore visionable ici jusque vendredi prochain.
      On apprend en quoi consiste le boulot des jumpers : sauter dans le coeur du réacteur pour y effectuer des opérations de maintenance en moins de 90 secondes. Le docu raconte la vie des damnés de la sous-traitance du nucléaire.
      "Pourquoi et comment le nucléaire, fleuron de l'industrie française, modèle d'hyper technologie, modèle d'hyper sécurité (note : le risque zéro étant de plus en plus remplacé par un "risque calculé"), pourquoi et comment ce nucléaire génère-t-il un tel prolétariat ? Y'aurait pas comme un paradoxe ?"
      Ces mecs travaillent pour des sociétés qui se font rachetées à tour de bras par des filiales d'EDF, de Spie, etc. Ces mecs gagnent entre 1200 et 1500 euros par mois, font 45 000 bornes par an avec leur caravane attachée au cul de leur R25 pour se rendre de centrale en centrale à travers toute la France, en "gérant" leur dose de rayonnements ionisants acceptable sur une carrière (un mec a calculé qu'il atteindra sa dose à l'age de 53 ans, il fera quoi après ?).
      Ils sont sous-traitants et ne sont donc pas considérés comme salariés du nucléaire. De toutes façons, ils ont tellement d'employeurs différents qu'il sera impossible de trouver des responsables quand leur cancer se déclarera (probabilité de 5 sur 100 quand même !), et puis au bout de 10 ans, il y a prescription.
      L'appel à la sous-traitance sert évidemment à augmenter les dividendes des actionnnaires. Mais il y a pire : l'expérience accumulée pendant 30 années par ces mecs (et ces femmes) est en train d'être perdue, cette sous-traitance est utilisée par EDF, Aréva et les autres pour diluer la responsabilité. Et si tu fais ton job correctement (exemple, le radiologue qui ausculte la structure interne des matériaux dans le docu), on te trouve une bonne raison pour te virer comme un malpropre.
      Ils sont complètements tarés ces "capitaines d'industrie". Ils ne jouent pas avec un camion dont le chauffeur serait trop fatigué pour rouler en toute sécurité, ils ne jouent pas avec un avion qui volerait avec des pièces usées ou sans le volume de kérosène conseillé, ils jouent avec des centrales nucléaires !
       
      Sinon, à propos de TEPCO, il semble que son patron se soit volatilisé deux jours après le séisme.

      • De rage et d'émotion (ça m'a remué les tripes), je me suis emballé (arf !) en écrivant que les jumpers allaient dans le cœur du réacteur. Précisément, ils entrent dans une partie du générateur de vapeur qui fait la jonction entre le circuit primaire et le circuit secondaire. L'intervention n'en reste pas moins mortellement dangeureuse.
        En image, ça donne ça.
         
        PS : SuperNo, ton calcul de coin de table est une division, et non une addition. ;-)

  2. Cerise sur le gateau radioactif : un transport de MOX (mélange uranium + plutonium) cuisiné par AREVA … est prévu pour l'intant le 5/4/2011 à destination de la centrale de Fukushima ! ! !
    http://energie-climat.greenpeace.fr/japon-le-mox-francais-partira-bien
    http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/03/25/les-ecologistes-s-opposent-a-l-envoi-de-mox-par-areva-au-japon_1498589_1492975.html
    Le bon sens est devenu une maladie rare, la connerie humaine prolifère dans le monde à la vitesse de la lumière.

  3. Bonjour à tous, 
    Il y a eu au moins deux numeros de "c'est dans l'air" au sujet de la catastrophe nucleaire nippone, et un des intervenant disait que ce qui penalisera le plus le pays à long terme, ce sera l'amplification de l'insuffisance de la production alimentaire suite à la "sterilisation" des sols cultivables durant des centaines d'années, voire beaucoup plus longtemps… Le pays n'ayant deja pas beaucoup de surfaces cultivables…
    Concernant votre premier billet, vous n'avez pas été trop alarmiste, bien au contraire… Ce sont les premieres minutes qui suivent une defaillance de fonctionement du réacteur qui sont critiques (lire l'enchainement des evenements à TMI). Apres, c'est foutu… Alors que vous arrosiez les installations 3 ou 4 jours apres… 
    Amis japonais, je vous souhaite beaucoup de courage…

  4. @Fred : la vidéo est visible là : http://videos.arte.tv/fr/videos/ras_nucleaire_rien_a_signaler-3783544.html
     
    et la doc d'Areva sur  Fukushima avant l'accident : http://sciencepourvousetmoi.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/03/27/fukushima-suite-20-mais-que-se-passe-t-il-dans-le-reacteur-n.html#comments
    C'était signalé dans un commentaire dans bellaciao
    Et on ne me fera pas croire  que  l'on n'est pas au point de non-retour au vu des  photos  (entre autres celle  de ton billet ) …
    On oublie   que les Japonais ont subi un tsunami ( le nombre de morts est très approximatif  : ce tsunami a tout ravagé sur son passage ), un tremblement de terre terrible  ( 9 sur l'echelle de Richter + toutes les répliques ) et cette catastrophe nucléaire ( 20% de leur consommation justifiaient -t 'elles  ces centrales sur zone sismique )  qui est la conséquence des 2 premiers .
     
    Et pendant ce temps :
    les va t'en guerre en Libye  ,
    les chefs d'états ( les mêmes , comme par hasard …!!!???) qui  ont profité de cette vague d'infos  pour entériner cette saloperie de" pacte  de compétitivité" ) ,
    les guéguerres politiciennes qui n'intéressent personne ( toutes ces infos qui n'en sont pas ) ,
    cette folie , ce manque d' humanité …tout çà me hérissent le poil .
    Après la pollution BP pendant des mois , la pollution TEPCO ne va pas arranger l'état de nos mers  . Pour des raisons uniquement mercantiles , notre planète   et  nos vies donc ne pèsent pas bien lourd .
     
     

  5.  
    « Bon, je déconne, tout ça on s'en fout. Pourquoi perdre son temps à faire un billet là-dessus ? » SN
    Nous sommes bien d’accord.
     
    En Niponnerie, en principe un pays que sait vivre et mourir avec ‘’de la gueule’’, ça branle dans le manche ; c’est un peu comparable à ce qui arrive au Royaume-Uni. Nous sommes devant deux pays qui ont ni coupé la tête de leur  Empereur encore moins de leur Reine, et qui pratique une Unité Nationale, en générale, d’acier, or que voit-on ?  On voit ce que notre bon médiateur Delevoye  a appelé un état d’« usure sociale »…
     
    Pourquoi  ne pas expliquer le phénomène, simplement,  par une crise du citoyennisme ?  Quand le britannique apprend que l’on va privatiser ses forêts (retour féodal étourdissant) et que l’on annonce aux japonais que TEPCO va augmenter les tarifs  d’électricité des particuliers, justifiant sa décision par  l’augmentation du gaz, il y a de quoi se réveiller !
     
    Le Japon est  hybride de religions  (qu’elle que fut une religion et surtout si elle est Shintoïste ou Bouddhiste, elle est toujours  garante  de fatalisme)  et du militaire, la plus part des japonais sont pratiquants et ne pas faire partie d’une entreprise  est une honte :                                                                                                       
    « Le respect de l’autorité, la priorité à la hiérarchie, la loyauté en sont des signes patents.
    De ce fait, un département d’une entreprise fonctionne comme une compagnie militaire. Elle n’est pas composée d’individus mais de soldats loyaux à la cause. De ce fait les entreprises japonaises ne font pas des affaires mais opèrent des offensives et élaborent des stratégies.
    Il y a dans cette attitude le danger de ne pas viser à maximiser le bien commun du Japon mais là encore, le Japon se perçoit encore peut -être comme une armée qui doit viser son profit plus que celui de l’ensemble.
    De ce fait, suivant Hall, c’est souvent d’anciens militaires qui obtiennent les meilleurs résultats au Japon. »
    Cela explique comment  l’arrogante TEPCO (depuis la fin de la guerre, l’électricité a été privatisée) mène avec morgue son monde,  depuis des dizaines d’années,  dans le secret et la falsification.
    On n’a pas parlé autant,   depuis longtemps de  d’ambiance  politicarde délétère  (avec ses gazes et son abstention) et des risques de séisme sociales ; un peu comme si le militarisme nucléaire était en train de faire la peau  à l’escroquerie  citoyenniste.  Au Japon les bouches s’ouvrent, les claviers crépitent.
     
    N.B. : «  Les 8 employés  d’AREVA,  entreprise française leader mondial du nucléaire, qui étaient présents sur le site au moment du séisme ont rapidement pris la mesure du danger puisqu’ils ont été parmi les premiers à partir. » Le Monde 27-28-03-11. (Pouf !)

  6. Salut à tous
    Non tu n'as pas été alarmiste, au contraire…
    Le problème avec cet évènement, c'est qu'il s'apparente à une explosion lente, le pire étant à venir…
    Les éléments de langage par lesquels les dirigeants nucléaire embrouillent les médias consentants sont toujours les mêmes :
    Chouette 2 réacteurs sont sécurisés !
    Euh, ils étaient à l'arret avant le tsunami.
    Chouette les 6 réacteurs sont à nouveau reliés au réseau..
    Euh…, et alors ?
    Chouette le "panache" japonais passant sur la france est insignifiant….
    N'empêche que les taux mesurés sur les côtes augmentent tout les jours à Brest Perpignan et en corse du sud (carte IRSN)
    Et la stratégie de l'incompétence…, au point de penser que les électriciens japonais ont été formé chez EDF-AREVA…
     
    Un point déconstructif sur ton article : la radioactivité naturelle a été fixée officiellement dans les années 80 ou 90 par une assemblée occidentale. Les état-uniens ont bloqué les débats jusqu'à ce que soit adopté un chiffre deux fois supérieur à ce que les autres pronaient, manière à se laisser de la marge…
    Et ce, après des centaines de tirs athmophériques des uns et des autres, 16 dans le sahara pour  et je sais plus combien dans le pacifique pour la france gaullienne…
     
    La radioactivité naturelle est une foutaise, en dehors de quelques points très circoncrits dans le monde, cela n'existe pas….
     
    Allez pour finir, un lien vers une page où vous pouvez suivre l'actualité du gaz de schiste depuis Gasland à la pétition en ligne en passant par les émissions de Daniel Mermet… car c'est la suite directe des inconscients de l'énergie indusrielle…
     
    Gazdarem lou moral !

  7. [Pas encore lu le billet, mais je voulais vous faire part de ce qui suit, à savoir mon mail (en anglais de cuisine sans doute) à l'attention du CTBTO - Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization, Organisation du Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires - et leur réponse, qui vient tout juste de m'arriver]

    de        Vince XXX
    à          info@ctbto.org
    cc        contact@criirad.org
    date     25 mars 2011 20:39
    objet     Fukushima nuclear disaster - all ctbto measures on radioactivity must be published!
    envoyé par    gmail.com
        
        
    Dear Sir, Madam,

    The CTBT Organisation has radioactivity measuring equipments all over the world but your organisation refuses to make their results public. All these installations have been done and operate with public funds: all the CTBTO results belong to the public ownership and thus must be released immediately! The data retention about this disaster represents a crime against humanity. Hushing up the informations hold from your organisation directly threatens the health of millions of persons. Just don't keep quiet about it!

    I'm expecting a response and quick action at the CTBTO.
    Best regards

    Vince XXX, French Citizen

    de           Kirsten Haupt <Kirsten.Haupt@ctbto.org>
    à             XXX
    date        28 mars 2011 13:34
    objet        your inquiry
    envoyé par    ctbto.org
    Dear Mr. XXX,

    Unfortunately, we are not able to make the data publicly available. However, the CTBTO makes data and analysis reports available to all its Member States. 120 States currently receive our data as do 1200 scientific and expert worldwide, including radiation protection and public health institutions. The numbers are constantly increasing. So, you see that data are not withheld, but that it is on the Member States to decide on publication of the information.

    Some institutions have already been publishing relevant results. For more information please visit our newsroom at http://newsroom.ctbto.org/. There we post all CTBTO findings as they have been published by such institutions and by the media, as far as we have been able to locate them. You may also go directly to our press clippings listing: http://www.ctbto.org/press-centre/ctbt-in-the-news/

    You may also contact your own national authorities for this information.

    Below a few websites that you may want to visit for further information!
    http://www.bfs.de/de/ion/kernwatest.html

    This site contains detailed information on the detection of radionuclides at various stations worldwide.
    http://www.zamg.ac.at/aktuell/index.php?seite=1&artikel=ZAMG_2011-03-28GMT06:02

    English PDF available at the bottom of the page
    http://www.epa.gov/japan2011/

    I hope this helps!

    Best regards,
    Kirsten Haupt

    Kirsten Haupt
    Public Information Officer
    Preparatory Commission for the
    Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty Organization

    T:    +43/1/26030 6127
    M:   +43/699/1459 6127
    E:    kirsten.haupt@ctbto.org
    I:     http://www.ctbto.org

  8. L'illustration n'étant pas une photo du réacteur 4 (qu'est-ce donc d'ailleurs ?), il s'agit sûrement du siège de l'UMP :) Mais comme tu dis, qu'est-ce qu'on s'en fout !
     
     
     
    Ton premier billet sur Fukushima était surtout l'expression d'une saine colère mais c'est effectivement surréaliste (et pourtant prévisible) qu'on en arrive à une catastrophe pareille. Et sutout qu'on fasse tout pour que ce cirque recommence ailleurs et particulièrement en France (cf les audits pseudo-indépendants)
     
     
    La gestion de la crise est dramatique et la communication guère meilleure mais ce n'est peut-être pas la peine que toi tu en rajoutes en approximations car ça décrédibilise beaucoup tes propos…..
     
     
    1) Tes calculs pour prouver que TEPCO ne s'était pas trompée n'ont pas de sens à mon avis :
     
    - l'eau qui s'échappe du réacteur a été en contact avec ce dit réacteur (contrairement à une situation normale) donc on ne peut pas se baser sur la radioactivité "naturelle" tel que tu l'as fait. Il faut comparer les résultats des nappes d'eau avec de l'eau en contact avec un réacteur en opération (cad un réacteur dans lequel les accidents de criticité n'ont pas repris)
    D'ailleurs, lors de l'analyse d'une première flaque d'eau le 24/3, "sortir du nucléaire" disait "Dans les flaques du réacteur n°3, on détecte une activité de 3 900 000 Bq/cm3, soit 10 000 fois le niveau de radioactivité normal de l'eau dans un réacteur en opération  (source :http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/,&nbsp; les analyses de TEPCO http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11032503-e.html&nbsp; )
     
     
    - le relevé de TEPCO pour l'analyse de la nappe d'eau à côté du réacteur 2 du 26/3 http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11032714-e.html
    Première annonce : 2,9 10⁹ Bq/cm&sup3; —> radioactivité annoncée comme 10⁷ (10 millions) fois supérieure à la "normale"
    rectificatif : 1.9 10⁷ Bq/cm&sup3; —> radioactivité annoncée comme 10⁵ (100000) fois supérieure à la "normale"
     
    Donc je te laisse refaire les calculs mais les ordres de grandeurs me semblent tout à fait cohérents au fil des communiqués. TEPCO s'était bel et bien gourré d'un facteur 100 en annonçant son "10 millions de fois le niveau de radioactivité normal de l'eau dans un réacteur en opération" (après reste à savoir si les chiffres transmis sont fiables mais ça c'est une autre histoire….)
     
     
     
    2) Les travailleurs du nucléaire ont "droit" à 16mSv par an et pas par mois (ou 20, cela dépend si on se place du côté des entreprises ou du droit du travail) et 1.5mSv par mois.
     
     
    3) L'eau de Tokyo était interdite à la consommation uniquement pour les enfants de moins de 1 an mais considérée comme potable pour le reste de la population. Après on peut débattre de la pertinence de ces normes ou de la véracité des analyses, mais ce sont les faits. Et ces normes sont beaucoup plus strictes au Japon qu'elle ne le sont en Europe.
     
     
     
    Alors toutes ces précisions, ce ne sont bien sûr que des bricoles par rapport à la merde dans laquelle sont les Japonais mais je pense qu'il faut être irréprochable sur le sujet si on veut convaincre un maximum de monde d'abandonner le nucléaire. Toute approximation, même minime, sera immédiatement utilisée par les "pro-nucléaires" pour décrédibiliser les "anti-nucléaires" ("ça fait de grands discours mais ça n'y connaît rien"). Bien sûr, je caricature avec les pro versus anti, c'est bien plus complexe que cela.
     
     
    NB : est-ce qu'il y a moyen de prévisualiser les commentaires avant de les publier ?
     
     
     
     

  9.  
    Réalisez votre rêve !
     
    Promos sur le Japon!  Hôtels chauffés avec piscines, vous êtes filmé toute la journée, vous allez vous promener en espadrilles et…vous revenez sur les genoux pour découvrir une reproduction du Vésuve. Personnel adorable changeant tous les jours et d’une discrétion exemplaire. Promenades en voitures de pompiers (supplément pour la sirène),  vous vivrez d’exaltantes alertes de jours comme de nuits et vous en profiterez pour faire une cure diode qui  est utilisée au Japon depuis des siècles pour « faire monter la vielle… »
     
    L’activité surf reste aléatoire,  mais les amateurs seront prévenus  à temps grâce à des bouées mouillées aux larges par TEPCOSERVICEMARINE, qui annoncent les hauteurs d’eau.
     
    Le retour vers l’Europe est assuré dans des landaus de plomb  magnifiquement  ouvragés pas  de petites mains de  Corée du Nord.

  10. Il faut arrêter de dramatiser et de sombrer dans l'alarmisme.
     Nous sommes qu'au tout début du printemps, et mon poirier à déjà donné de très belles courgettes,et mes 2 néfliers promettent une belle récolte de patates. Et endendre les abeilles gazouiller dès l'aube et voir les oiseaux fleurir, est un signe que la planète se porte bien.
     Bien joli de parler de micro ou milli sievert, mon thermomètre n'a rien détecté.
     

  11. Salut à tous,
     Je suis un enfant de la guerre froide et des trentes gloriieuses et me vient ceci devant le spectacle désolant de ce chaudron d'énergie pûre et décarbonnée (sic) que personne n'arrive (pourvu que cela ne dure pas !) apparemment à contrôler:
    Le nucléaire "sauvage" et historique qui a pointé le nez dans la même île sous la forme de deux "putains" de problème, est depuis quelques décades devenu, qu'on veuille l'entendre ou non, une espèce de solution puisque personne n'a oser y avoir recours de nouveau (et ce n'est pas l'envie qui a du manquer à certain moment tendu de l'histoire).
    Le "domestique" issu du susnommé que d'aucuns ont imposé en douceur (j'adore les euphémismes) comme une solution est en train de devenir un "putain" de problème au même endroit… Etonnant, non ?
    Comme quoi, peut être que l'énergie atomique et décarbonnée (resic) ne peut-être, et surtout le rester, une solution que quand on ne l'utilise pas (tiens, ça me rappelle quelquechose, ça…).

  12.  
    @ WUWEI
     
    Tu parlais de ces hommes qu’il y a plus de 60 ans avait déjà tout compris, Georges Bernanos,  de son exil,  était déjà d’une grande lucidité  dans  La France Contre les Robots ;  publié chez Plon en 1947, mais trouvable dans l’édition faite par Jacques Julliard en  1999,  en  livre de poche bibblio, LP12. (Livre incroyablement d’actualité)
     
    Il y a, entre autres,  une petite incantation que l’on croirait avoir été écrite pour   ''nos amis japonais'', mais certes pas destinée  qu’à eux…
     
    « Imbéciles, ne voyez vous pas que la civilisation des machines exige en effet de vous une discipline chaque jour plus stricte ? Elle l’exige au nom du Progrès, c’est à dire au nom d’une conception nouvelle de la vie, imposés aux esprits par son énorme machinerie de propagande et de publicité. Imbéciles !comprenez donc que la civilisation des machines est elle-même une machine, dont tous les mouvements doivent être de plus en plus synchronisés ! »

  13. Une devinette
    Qu'est ce qui est non renouvelable et dont les réserves (30 Gtep) représentent seulement le 6ème des réserves de pétrole ou de gaz conventionnels et seulement 1/19ème des réserves de charbon?
    autres indices :
    -cette source d'énergie représente environ 2,5% de l'énergie mondiale consommée
    -soit environ 1/32ème des énergies issues de roches carbonées fossiles.
    - Au rythme actuel de consommation ses réserves estimées oscillent entre 50 ans et 100 ans en prenant en compte l'exploitation des gisements non rentables et les stocks militaires que bien entendu les bisounours que sont poutine, hujintao and co sacrifieront sans rechigner pour satisfaire les besoins des lauvageon and co.
    - Cette source d'énergie est présentée par certains comme LA PRINCIPALE ALTERNATIVE au pétrole, gaz et charbon  pour lutter contre le renforcement de l'effet de serre, cependant si on voulait remplacer seulement 1/4 de ces énergies, les réserves ne seraient plus que de 6 à 12 ans.

  14. Suite au grand séisme du Tohoku, on a beaucoup entendu, ces dernières semaines, au sujet du caractère des habitants du Japon, marchant d’un seul pas, courageux et surtout unis face aux éléments. Il y eut le registre mythique, attribuant l’apparent stoïcisme de la population à une tradition zen saupoudrée d’une pincée d’esprit bushido, le code des samouraïs expliquant cette propension nationale au sacrifice, son goût pour les résistances héroïques. A l’opposé, il y eut le registre condescendant expliquant que la population maintenue dans l’ignorance, se rangeait derrière ses autorités faisant le calcul cynique qu’une véritable transparence sur la situation de la centrale Fukushima provoquerait immanquablement une panique. On alla jusqu’à évoquer une future génération sacrifiée, des milliers de jeunes atomisés à leur insu sur l’autel de l’unité de la Nation, de la croissance ou d’une fierté patriotique. Et entre ces registres, une palette de nuances et des témoignages d’impatience de sinistrés traqués, servant de caution à l’idée que le peuple nippon se laisse maintenir sous un joug pas tout à fait démocratique. Impérial. Le vent des contestations arabes allait-il souffler jusqu’aux braises atomiques ?

  15. Inutile de préciser.  Plus de dix lignes sans autre faute qu'une virgule en trop (ou en moins, c'est selon…), ça ne peut pas être de toi ! Pas plus qu'une réflexion autonome, semble-t-il. Quoi qu'il en soit, ou bien tu as fait un effort pour retaper proprement, ou bien tu as appris le copier-coller. Bravo dans les deux cas. ;-)

  16. http://www.marianne2.fr/Tokyo-nationalise-le-nucleaire-Areva-hate-la-privatisation_a204467.html
    L'information, aurait pu -aurait du ?- faire l’effet d’une bombe. Révélée par la tribune ce lundi, le conseil de surveillance d’Areva, leader mondial de l'énergie nucléaire, a approuvé la privatisation du groupe et son entrée en bourse.
    Tout va bien dans le meilleur des mondes. C'est bon les gars, et les filles, l'une des prochaines catastrophes nucléaires devrait être pour notre pomme, en France.

  17. Vous voulez rire ? Si oui, passez votre chemin…
     
    Si vous avez les lèvres gercées, regardez cette vidéos de 30 secondes, quelqu'un a filmé une dépêche Reuters (en anglais) pour en garder une trace…
     

    Si la vidéo ne s'affiche pas, cliquez ici
     
    Lisez cette article, dont je n'ai pas vérifié les sources mais qui semble sérieux. Putain de merde, j'aurais préféré un canulard.
     
    SuperNo, pourrais-tu mettre un lien sur ton blog vers la pétition lancée par Paul Ariès et le maire de Grigny pour la création d'un tribunal populaire pour juger les crimes du nucléaire civil, stp ? Merci.
    A tous : Faites circuler l'information !!!!!
    Cf. ici : http://www.tribunalrusselnucleaire.org

    • Fukushima, ce n'est pas le "hors d'oeuvre", c'est un "en-cas" … le plat de RÉSISTANCE, c'est la centrale de MONJU http://www.crashdebug.fr/

      Là, c'est carrément le délire depuis
      "Le 26 août 2010 !!!
      - La machine interne de transfert des barres de combustible est tombée dans le récipient du réacteur pendant l'opération de levage d'une des barres de combustible.

      - La machine est de 12 mètres (40 pi) de long, et 3,3 tonnes (7.300 livres) lourds.

      - Il y a des débris de métal, qui pèsent 3,3 tonnes dans le réacteur qu'il est impossible à collecter.

      - Tous les moyens de remplacer la barre de combustible ont été coupés."

      C'est 100 fois la puissance de la bombe d'Hiroshima …
      Tous à vos abris, l'Apocalypse est pour dans quelques temps. l'homme par sa cupidité va bientôt mettre fin à son passage sur terre.
      Et en plus le nucléaire, c'est UNIQUEMENT pour faire chauffer de l'eau … … …
      En tout cas, félicitations aux médias français concernant le suivi des évènements nucléaires au Japon, l'information est tellement claire, expliquée, commentée, qu'elle en est invisible, un nouveau miracle de l'industrie du nucléaire pour nous faire oublier ce qui pourrait se passer à côté de chez nous … … …

  18. http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/04/12/fukushima-rejets-significatifs-mais-pas-comparables-a-ceux-de-tchernobyl-selon-l-irsn_1506721_1492975.html#ens_id=1493262
     
    L'Agence japonaise de sûreté nucléaire a surpris la communauté scientifique en décidant, mardi 12 avril, de relever le niveau de l'accident de Fukushima Dai-Ichi de 5 à 7, soit le niveau le plus élevé sur l'échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques (INES), ce qui le place au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl.
    Et nos zexperts de l'AIEA et de l'IRSN de répéter que "Fukushima et Tchernobyl sont très différents" : "Les rejets n'ont pas changé, c'est uniquement une réévaluation de l'accident" au vu de "la classification mécanique" utilisée par l'échelle INES, a expliqué Thierry Charles, directeur de la sûreté à l'IRSN.
    Ils nous prennent pour des buses ou quoi ?

      • En effet, depuis le XVIe siècle au moins, un fat, un imbécile, un lourdaud est traité de 'buse'.
        A cette époque, on disait d'ailleurs : "d'une buse, on ne saurait faire un épervier" pour indiquer qu'un imbécile était irrécupérable et qu'on ne risquait pas de pouvoir le transformer en quelqu'un d'important, l'épervier étant alors considéré comme un oiseau très noble.

        Il va donc de soi qu'une 'triple buse' est triplement péjoratif pour la personne visée.
        Mais pourquoi tant de haine ?

        Certains prétendent que c'est lié au fait que, quand il est en vol ou perché sur un poteau, par exemple, sa tête reste complètement immobile, comme pour quelqu'un de figé ou manquant totalement de vivacité (physique, donc d'esprit), contrairement à d'autres rapaces à la tête très mobile.
        Mais c'est en vérité un oiseau très habile pour capturer ses proies et ce n'est pas parce que sa tête serait peut-être moins mobile lorsqu'il cherche à les repérer qu'il est plus empoté que ses confrères.

        La réalité vient des anciens fauconniers qui, lorsqu'ils se sont rendu compte qu'il était impossible de dresser cet animal comme d'autres rapaces, l'ont considéré comme un imbécile et lui ont accordé une réputation injustifiée qui l'accompagne depuis.
         
        C'est bien d'être une buse, finalement : c'est une sorte de clampin rebelle qui ne s'en laisse pas conter ! ;-)

    • Dans le même ordre d'idées,  l'OMS - celle qui s'agitait il y a quelque temps en criant " pandémie, pandémie ! " , vous vous souvenez ? - minimise aujourd'hui les risques sur la santé des non-conséquences de  la non-catastrophe de la non-fusion des non-barres de non-combustible du malheureux Japon ravagé.

      Pour des buses, non, mais pour des cons, ça oui !

      Et encore, Brassens y trouverait à redire ….

Laisser un commentaire