Les politiques préfèrent lutter contre les écolos que contre les algues vertes !

Pourquoi un ministre se croit-il obligé, simplement parce qu'il est ministre, de défendre l'indéfendable ?

Répondant à un de ces innombrables députés clientélistes interchangeables de l'UMP (Claude Gatignol, député de la Manche, un pote de Madelin, déjà mis en cause pour un détournement d'argent et un des pro-OGM les plus acharnés) qui estime l'honneur des agriculteurs offensé par la campagne de France-Nature-Environnement (campagne par ailleurs censurée dans le métro parisien), Bruno Lemaire en remet une couche en traitant cette campagne de "scandale" et de "provocation". Cette vidéo est un parfait archétype de mauvaise foi politique et de clientélisme de bas étage.

Image de prévisualisation YouTube

Ils sont marrants, ces ministres, comme Woerth ou Alliot-Marie qui utilisent des termes comme "bassesse" ou  "honte" pour qualifier les attaques de leurs adversaires qui ne font pourtant que constater l'incurie de leur comportement et leur demander d'avoir la décence d'en tirer les conséquences… Woerth et désormais MAM, feraient mieux d'appliquer leurs mots-doux à eux-mêmes !

De la même manière, Monsieur Lemaire, qu'est-ce qui est un scandale ? La constatation que l'agriculture intensive et les OGM pourrissent la France ? N'est-ce pas au contraire le comportement de tous ceux qui ont fait qu'on en soit arrivé à cette catastrophe ?

Qu'on ne se méprenne pas, j'ai pourtant le plus grand respect pour le métier d'agriculteur. Tiens, c'est simple, dans un monde totalement débile, la plupart des métiers ne servent plus à rien. Agriculteur, c'est probablement l'un des métiers les plus utiles et estimables. Evidemment ils travaillent dur, souvent pour des revenus de misère, ils ne connaissent pas les congés payés ou les RTT. Ben oui. Mais est-ce une raison pour se voiler la face ?

En France, il y a une espèce d'Omerta sur l'agriculture. Les agriculteurs sont des sortes de vaches sacrées auxquelles on ne peut pas toucher sans blasphémer. La preuve. Tradition, basses préoccupations électoralistes, peur de perdre les voix rurales, celles de la France profonde… Pourtant, au fur et à mesure de l'industrialisation de l'agriculture, des agriculteurs il y en a de moins en moins… Et électoralement, ça ne doit plus peser bien lourd.

Et pourtant, qu'a-t-on fait de ces agriculteurs ? Des maillons de l'industrie agrochimique, subventionnés jusqu'au trognon, endettés jusqu'au cou, esclaves de leurs donneurs d'ordres et de leurs banquiers. Des boursicoteurs sur les marchés à terme, des pollueurs, voire des empoisonneurs, même si c'est à l'insu de leur plein gré. Pris dans une logique de remboursement de leurs dettes, ils n'ont même plus la possibilité de s'élever et d'avoir un regard critique sur ce qu'il font : de la merde !

Des cochons (ou des poulets) industriels entassés à outrance dans des camps de concentration, bourrés de médicaments, et nourris de soja OGM brésilien obtenu par déforestation. Des poules coincées dans des cages qui pondent sur des bandes transporteuses. Des pommes tartinées de plus de 20 couches de pesticides. Du blé tellement aspergé d'engrais et d'herbicides que le sol est mort. Lisez donc les livres de Fabrice Nicolino  !

Tiens, reprenons le problème des algues vertes, que je connais hélas bien pour être né et avoir grandi en Bretagne, ce qui m'a permis de constater l'évolution inexorable du phénomène. Soyons clair, le littoral breton est pourri de ces saloperies. Les Bretons ne peuvent même plus boire l'eau de leur robinet, farcie de nitrates.

L'agriculture, dans la bouche de nos politiciens, est censée être le fer de lance de l'économie bretonne : elle est au contraire en train de la faire crever !

Et il n'y a pas que l'UMP : Jean Yves Le Drian, président "socialiste" du Conseil Régional de Bretagne, porte plainte, non pas contre les pollueurs, mais contre FNE  !

« Nombre de Bretons, au premier rang desquels les professions agricoles, mais pas seulement, sont aujourd'hui choqués et meurtris par cette campagne caricaturale qui nie leur engagement déterminé pour un environnement durable et sain »

Ah bon ? Ce sont les affiches qui les choquent ? Et pas les algues vertes ? Un environnement durable et sain ? Quelle dérision !

La photo de FNE, qui montre un gamin pataugeant dans les algues vertes, est certes choquante. Mais elle n'est pas truquée. Elle a été prise sur l'immense, et normalement superbe, plage de Saint-Michel en Grève, dans les Côtes de Porc d'Armor, la plus touchée de la région. C'est là que Fillon, était venu faire un discours en 2009 .

Tiens, j'en remets une louche, avec une video prise (par un téléphone) en août 2010 sur la plage de Beg Leguer (dans les Côtes d'Armor aussi) : même si la plage est moins touchée que celle de Saint-Michel en Grève, les algues vertes sont partout, et voyez vous-même la "superbe" couleur vert-émeraude des vagues. C'est sûrement comme ça que l'on va attirer les touristes !

Image de prévisualisation YouTube

Pour les curieux, voici la carte des zones touchées : il n'y a pas que Saint Michel en Grève et la baie de Saint Brieuc : il y en a partout !

Comme Bruno Lemaire, comme Le Drian, et comme en général tous les politiciens, Fillon refuse de dire le moindre mal des agriculteurs. C'est ainsi que dans son discours sur la plage la plus pourrie de Bretagne, il n'a même pas été foutu d'évoquer une seule fois la responsabilité de l'agriculture dans la catastrophe ! Et on se souvient forcément de la fameuse sortie de Sarkozy l'an dernier au salon de l'agriculture : "L'environnement, ça commence à bien faire". Et la pollution, ça commence pas à bien faire ?

[EDIT 18/02/2011 : Guénaël, breton et commentateur fidèle de ce blog, rappelle fort à propos cette tartufferie incroyable : le député de Lamballe (en plein coeur du pays du cochon dans les Côtes de Porc d'Armor), l'UMP Marc le Fur est l'auteur d'une loi qui a fait passer en 2010 la taille maximale des élevages de porcs de 450 à 900 têtes ! Et son projet initial en prévoyait 2000 ! Hallucinant ! A quand les premiers lagons en Bretagne ? Ce sont ces irresponsables qu'il faut juger, pas France Nature Environnement !]

 

Pourtant, tout le monde le sait, l'agriculture intensive est LA SEULE RESPONSABLE de la situation. Ce n'est d'ailleurs pas un secret, c'est même écrit noir sur blanc sur le site du ministère

"Le nitrate provient aujourd’hui essentiellement des activités agricoles, notamment de l’épandage d’engrais azoté d’origine minérale ou organique (engrais de ferme, issu des déjections animales : lisier ou fumier - forme liquide ou solide).

En Bretagne :
- 1/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté minéral ;
- 2/3 de l’azote épandu est de l’engrais azoté organique issu des déjections des vaches (57%), porcs (31%), volailles (12%).

Seule une partie de l’azote est absorbée par les plantes, et le reste se diffuse dans la nature (eau, sol, air). L’eau chargée en nitrates ruisselle depuis les champs, rejoint les rivières puis la mer."

C'est clair, non ?

Lemaire, dans sa diatribe contre les pourfendeurs de l'agriculture, prononce cette tartufferie magnifique : "Nous continuerons à les aider à aller vers davantage de bio". Plutôt cocasse de la part d'un ministre qui vient de diviser par 2 pour 2011 la déduction fiscale accordée aux agriculteurs bio ! 

La vérité est simple : en France, il n'y en a que pour l'agriculture productiviste, qui est parfaitement incompatible avec toute forme d'écologie. (Et je ne parle même pas des OGM !)  Il n'y a rien à amender, il faudrait tout rebatir en partant d'une feuille blanche.
Et plutôt que de pourfendre ceux qui ne font que crier leur indignation, les politiciens feraient mieux de s'y mettre. Et je ne parle pas des mesurettes énoncées sur le site sus-évoqué : 134 millions sur 5 ans, principalement pour observer le phénomène (on se contente de mesurer les rejets, pas de les limiter) et faire du traitement esthétique des désagréments (des tracteurs pour ramasser les algues avant l'arrivée des touristes). Pour fixer les idées, 134 millions, ce n'est même pas le coût de l'Air Sarko One (173 millions), et sur 5 ans, c'est 100 fois moins que le coût de la baisse de la TVA sur la restauration…
Rien à voir avec les mesures drastiques qui s'imposent :

- Trouver et juger les andouilles qui ont réussi à concentrer 10 millions de cochons en Bretagne dont 5 sur le seul département des Côtes D'Armor (au risque de me répéter, 10 cochons pour un habitant).
- Trouver et juger les profiteurs du système, et confisquer leurs biens mal acquis, au même titre que l'on traque aujourd'hui ceux de Mobutu, Bongo, Sassou, Ben Ali et Moubarak.
- Répartir de manière harmonieuse les élevages sur toute la France. Plus d'élevages, beaucoup plus petits, et plus proches.
- En conséquence, faire diminuer drastiquement la consommation de viande. Bouffer de la viande, c'est tuer des animaux, c'est polluer, c'est mauvais pour la santé. Cela devrait être rare et festif… Plutôt que de bouffer tous les jours de la saloperie de jambon polyphosphaté, du saucisson plein de graisse, de sel et de conservateurs, ou du steak haché infesté d'Escherichia coli. La bidoche serait évidemment plus chère, mais on ferait coup double en mangeant mieux, moins souvent, et donc moins cher. De plus, la Sécu nous remercierait un jour ou l'autre.

On a bien sauvé les banksters à coup de milliers de milliards. On pourrait bien en sortir quelques dizaines pour libérer les agriculteurs du carcan de leur crédit, et les aider à se reconvertir, comme on a reconverti la sidérurgie, et comme on devra reconvertir l'automobile. Reconvertir, que dis-je, à revenir à l'agriculture paysanne, à l'agriculture bio (3% des surfaces actuellement !) celle qui redonne à l'agriculteur son aura bien mal en point, la seule qui soit "durable".

42 thoughts on “Les politiques préfèrent lutter contre les écolos que contre les algues vertes !

  1. En Moselle, il n'y aura bientôt plus de porcs (animaux ..) car il n'y aura plus d'abattoirs pour eux … Seuls les abattoirs rentables pour bovins vont subsister ….. (info d'un éleveur lorrain). Tout est fait pour les gros, au sens propre comme au figuré !  Et quand une vérité sort sur la place publique, tout est fait pour la dénigrer.
     A force de faire l'autruche, le pays finira par être le dernier de la classe, si ce n'est déjà le cas … Quelle exemplarité, ne pas reconnaître ses fautes, même pris la main dans le sac,… Quels bons exemples pour nos enfants !

  2. D'accord sur toute la ligne, cependant attendre d'un (e) umpiste de défendre autre chose que le capitalisme sous toute ses formes ce n'est pas une surprise pour moi. Par contre Europe-écologie-les verts (passe moi le sel !) et les ONG bouffones qui ont gobé le Grenelle de l'environnement  cela ne vous donne pas des envies de sortir la boite à gifle ? Ben moi si.

    • Tu cite à juste titre l'UMP comme grand défenseur de l'écologie, pardon, du capitalisme, mais Le Drian, député PS de la Bretagne vient de porter plainte contre FNE…
       
      Mais peut-être aime-t-il se rouler dans le lisier….
       
      En tout cas, je suis pas près de voter social-traître, moi!!!

          • Tu parles bien de la Anne Sinclair ex directrice-adjointe de l'iinfo de TF1 (média très connu pour sa tendance bolchevisante) ? Si c'est bien elle alors je m'incline, son avis est tout ce qui y a de plus fiable.  Malheureusement je viens de m'apercevoir que les 22 avril et 6 mai 2012 j'aurai une abstentionite-elbow ce qui m'empêchera (à mon grand dam) de ne point voter (hélas!) pour le camarade Dominique et j'en suis fort marri.

          • J'avais 17ans en 1973, et membre du comité de soutien à René Dumont (on a les galons qu'on peut…). Peu après, Giscard a abaissé la majorité à 18 ans.
             
            Depuis, je vote "contre"
            Mitterrand contre Chirac
            Chirac contre Le Pen
            Segolene contre Nicolas
            Gast!  (Putain, en Breton) Ce coup-ci, ça va être dur de voter DSK en 2012. Pour le moment, y'a plus qu'espérer un duel Le Pen/DSK  tour pour que je vote socialo au 2nd tour….
             
            Comme me l'a dit mon marchand de couscous au marché de Daoulas : "Tu vois, la démocratie, elle part de chez vous pour arriver chez nous!!!!"
            Peut-être est-ce la honte qui la motive….

          • J'avais 21 ans en 1973 et j'avais pu voter pour René Dumont . Depuis, sauf en 2005 pour le TCE et bien que j'étais certain que même en cas de victoire du " NON" nos grands démocrates nous feraient marron, je n'ai plus voté car je suis persuadé que notre pouvoir n'est plus (s'il ne l'a jamais été) dans les urnes mais dans d'autres formes de résistances et de luttes dont celles de ne plus nourrir le systéme en s'en passant au maximum et en le contournant.

        • @wuwei
          En lisant ton dernier post, j'ai une impression de  déjà-vu en mai 1981. Peu de temps avant le 10 mai, il y avait un dessin de Siné en couverture de Charlie-Hebdo : on  y voyait une main sorti de la cuvette d'un WC avec un écriteau marqué : "Mitterrand" et en-dessous du dessin, il y avait le commentaire : "On n'a pas le choix"
          La vie ne serait-elle qu'un éternel recommencement? Sauf que là, j'ai du mal à y croire….

          • Ben non, nous n'avons pas le choix mais tout est fait pour nous faire croire le contraire. Ce qui m'interroge et me navre c'est que cela puisse encore marcher. Sans doute est-ce du à la peur sous toutes ses formes que les gouvernants instillent en permanence dans des espaces de cerveaux livrés à la propagande.

            p { margin-bottom: 0.21cm; }

            "Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur", Stendhal
             

  3. Du paysan qui tiraient ses ressources et ses revenus de la terre, et se devait donc de protéger son environnement afin de pérenniser son exploitation, a emergé l'agriculteur professionnel.
    On aime bien en France le côté rural et traditionnel de ce métier, alors qu'en réalité, c'est devenu une gigantesque entreprise productiviste, d'où il faut tirer un maximum de revenu, quelles que soient les conséquences sur l'environnement.
    La France premier pays consommateur d'engrais en Europe. Il faut produire toujours plus parce que les prix fixés par les centres collecteurs sont revus continuellement à la baisse (sêchage, murissement, etc) et parce que les spéculateurs se sont jetés sur ce secteur pour palier les baisses de rendement de l'immobilier. A titre d'exemple, 50% de la négoce mondiale de blé sont détenus par des fonds d'investissements ! Le prix du blé entre 2006 et 2007 a augmenté de 136% tandis que les revenus des agriculteurs ne cesse de baisser.
     Ces groupes qui font la pluie et le beau temps sur le prix des céréales (ADM,  Nobel Group) sont les mêmes qui vendent et incitent à la consommation d'intrants. Voilà à quoi ressemble notre agriculture !
    Du fumier sans asticots, des champs sans abeilles, des plaines sans haies (et donc sans abris pour les prédateurs naturels), une baisse de la biodiversité, pollution des cours d'eau et nappes phréatique,…
    La bonne logique productiviste, et malgré tout, le prix des pâtes a augmenté de 40% depuis 2009

  4. Parmi les ânes directement responsables du merdier dans nos rivières, nappes phréatiques et plages, on peut citer le député (UMP, cela va sans dire) Marc Le Fur, co-rédacteur en juin 2010 d'un amendement visant à relever le seuil d'autorisation pour les porcheries de 450 à 2000 places. Finalement, le décret final ne prévoit "que" 900 places (100% de croissance !).
    Le saint homme est député de la circonscription de Lamballe, où est installée la Cooperl, premier groupe porcin français (abatage, transfortmation, génétique, nutrition animale, etc.). Tu passes devant quand tu retournes au bled, Super. En lisant ce communiqué de l'association Eaux et Rivières, on comprend que les magnats de l'agro-business sont bien là pour souffler de bonnes idées dans les oreilles (de cochon farcies) de "leur" député.

    Le Drian : à 63 ans, déjà près de 70 années passées (en cumulé) en tant que député, conseiller municipal ou maire, conseiller ou président de conseil régional. Il est passé dans mon patelin durant la campagne des régionales 2010, lors d'un "débat" public où il a surtout accaparé le micro pour brosser dans le sens du poil (blanc ou absent) un public vieillissant, avec un discours creux.
    Le Drian, qui en juin dernier demandait le retrait de l'amendement Le Fur, et qui 8 mois plus tard porte plainte contre la FNE. Quel tartufe. Et ça continue de fonctionner.

    Anecdote en passant, je me souviens que Le Drian avait rappelé que si sa liste gagnait, le maire de notre commune ferait partie des conseillers élus, et qu'il serait donc bien placé pour défendre les intérêts de sa commune et de ses habitants. Ha bon ? Parce que les conseillers régionaux ne travaillent que dans l'intérêt de leurs propres communes  ? Je croyais que c'était dans l'intérêt de toute la région, j'ai dû mal comprendre.

    Rien de bien nouveau, là non plus.

    Soupir…

  5. Après Nicolino, il y  a Isabelle Saporta, auteur de "le livre noir de l'agriculture". interviewé sur France 5
    http://www.france5.fr/magazinesante/video.cfm?file=http://www.france5.fr/images/emissions/010866/113/magsante_20110216.asx 
    Elle participait aussi hier soir à l'émission ca vous regarde sur LCP
    et est la co-journaliste de" manger peut-il nuire à la santé" à revoir http://www.pluzz.fr/manger-peut-il-nuire-a-la-sante—2011-02-16-22h55.html 
    Elle dit "avec une vraie volonté politique on peut tout changer", on en est un peu très loin.
    Et aussi
    "Pourquoi c'est trop cher, parce que la nourriture de base, tout ce qui est issu de l'agricutlure productiviste est tellement subventionné qu'effectivement on a l'impression que c'est moins cher, sauf que cette nourriture bas de gamme vous la payez 4 fois.
    vous payez une première fois quand vous aidez les agriculteurs. Je vous rappelle quand même au passage que la Politique agricole commune (PAC) c'est 57 milliards d'€uros en 2010. La 2ème fois quand vous la mettez dans votre caddie. La 3ème fois quand vous dépolluez votre eau. La 4ème fois quand vous payez votre facture de santé publique. Donc les gens, il faut qu'ils réfléchissent à cela. D'accord la nourriture n'est peut-être pas chère comme ça, mais elle est très chère au final. " 
    Fuyons les hard discount et privilégions les circuits courts locaux, encore à créer en Moselle, car balbutiant. Les maraîchers manquent.
    Pour information, le nouveau patron du syndicat agricole majoritaire est "Xavier Beulin, céréalier , président de Sofiprotéol, un fond d'investissement de la filière des huiles est des protéines végétales (dont agro carburant) et d'autres sociétés amies des petites fleurs" un agro businessman
    Misère, c'est le pompon, alors quand on voit ce que provoque cette campagne d'affichage, on va devoir fourbir nos armes.
    D'ailleurs on peut revoir le film solutions locales pour un désordre global au Caméo de Metz ce 25 février à 18h30 suivi d'un débat avec le Professeur Joyeux
     
     

    • Payer 6 fois, il faut aussi rajouter les dégâts au niveau des ressources halieutiques et marines : les marées vertes ce n'est pas ce qu'il y a de mieux pour les frayères et les conséquences des cultures et importations nécessaires à l'élevage hors sol : déforestation, concurence avec les cultures vivrières, transports, importations de carburants… mais tout cela fait de la "croissance " qui parait-il est indispensable à notre bonheur.
      PS les mam, lefèvre, hortefeux, gatignol, madelin, le drian, morano… sont tellement de mauvaise foi,  que leur interventions semblent irréelles et font croire à des montages, mais elles le sont réellement.

  6. Efectivement c'est très instructif. Surtout lorsqu'on parle de la réduction de la durée de vie des ampoules électriques et des collants. C'est à enregistrer aussi pour qui peut.
    Utilité publique comme tu le dis.
    Les non initiés vont encore nous bassiner avec l'emploi et le chômage et la perte de pouvoir d'achat. Mais travailler autrement, moins, vivre sa vie et non la subir la est la solution
    Par exemple multiplier les ateliers de réparation pour contrer les fabricants. Notre cafetière électrique qui travaille quotidiennement depuis 16 ans, réparée une fois par mon mari. Voila du solide.
    Et peut-être lancer une action de masse critique pour s'opposer à cette obsolescence programmée, inventée dans  les années 1920.
    Et que nous découvrons maintenant.
    On ne m'otera pas de l'idée, que agriculture chimique, obsolescence programmée, nucléaire etc sont des crimes contre l'humanité.

  7. Je suis très content de rentrer sur le blog de SuperNo à l'occasion d'un article aussi juste  qu'efficace. Il est vrai que ce qu'on entends ces temps ci comme réactions contre la campagne de pub des écolos ( je ne parle pas pas du Parti des bobos soit disant écologistes, bien sûr). le Retour du Refoulé des mécanos de l'agricultures révèlent toutes leur mauvaise foi, leurs mensonges et leurs bêtises!
    On comprend , en entendant le député de la Manche,  les protections dont disposent les voyous de l'agricultures, et pour parler de la Bretagne que je connais bien, on saisit pourquoi RIEN n'avance aussi bien  à propos des herbes vertes que de la pollution de l'eau. Beau scandale que je vois se développer avec cynisme dans mon refuge à la sortie du Trieux ( pour ceux qui connaisse, à droite en sortant au fond de la Baie de Pommelin). Le coin est balayé par de forts courants ce qui a empêché les herbes vertes de proliférer, mais elles apparaissent , la vase  à basse mer devient doucement verte d'années en années.
    L'état d'esprit  local est bercé par une immunité totale, on rigole, on prends les subventions de français et de l'UE et rien ne change, j'ai un copain biologiste qui m'a assuré pendant des années que les pollutions ne venaient pas des agriculteurs ( pourtant  un type intelligent, sensible et cultivé!!!????); et puis , et puis si vous vous faites un peu trop casse-coquilles, le discours éthniste bretons déboulle avec son corollaire la victimisation: " OUAI! on veut la peau des bretons etc.); le problème c'est que ce sont les bretons eux- mêmes qui se révoltent et qui disent  à présent : "Pollueurs payeurs!";  et de plus en plus.
    Le démantèlement de l'Etat est tel qu'après les pollutions agricoles la loi littorale - déjà grignotée en Corse - est attaquée sur la côte d'Azur et en Bretagne; il faut entendre les élus brailler sur Natura 2000 et contre les Préfets qui tentent de mettre un peu d'ordre dans le mitage urbanistique
    Bravo pour les photos , je croise sur mon voilier des fous de Bassans ( en couple souvent) en route vers les Septs îles ( faudra t il faire de la Bretagne une Réserve comme  ces îles?) et contemple les cormorans de l'archipel de Bréhat, crucifiés pour  faire sécher leurs ailes…

  8. Pôv gamin dans la vidéo. On le laisse patauger dans ces "immondices" sur la plage avec sa soeur, et  on l'avait aussi torturé il y a deux ans en l'attachant à un fauteuil en l'obligeant à lire "Les Echos". Il doit avoir un bien triste paternel…

  9. @ cpBeaujol
    @SuPerno
    je dois dire que que je suis un peu stupéfié des bretonneries que je lie, mais j'aime à penser que vous ne donnez  dedans qu'avec drolerie et recul…, parceque l'ethnisme nationaliste breton a un passé aussi effrayant qu'un présent ;  pour ceux qui aime  étudier les sociétés secrètes ultralibèrale  genre  " le siécle" ils pourront aller fouiller du côté de l'Institut Locarn.
    Je pensais encore avec naïveté que les résidents en Bretagne avait dépassé le communautarisme  régionale anti- Etat, et je tombe sur la réaction outrée de Eaux et Rivière qui râle sur la campagne de France Nature Environnement qui "ne l'a pas consultée". Marianne Mag. écrit:  " Pour eux, cette pub menace les équilibres qu'ils ont patiemment établis entre la région et les responsables locaux et eux mêmes."
    ce qui signifie, laissez nous gérer les spécificités locales, avec nos lois et nos coutumes? Féodal!
    Les problèmes de la Bretagne appartiennent à tous, comme le nuage de Tchernobile ; et E et R de B. a un culot monstre en faisant croire que leur tactique de co-gestion produit quelques effets, bien au contraire nos impôts et les subventions grasses de l'UE,  sont gaspillés sans qu'aucuns résultats positifs ne pointe le bout de son nez.

  10. Balade (avec un l) découverte entre Saint-Martin-en-grêve et Plougasnou le weekend dernier.
    Y'avait pas d'algues, mais ça puait quand même. Sulfure d'hydrogène ?
    Y'avait pas d'algues, mais y'avait quand même des panneaux d'information, où l'on peut lire principalement :

    Les algues vertes (aussi appelées laitues de mer ou ulves) se développent en mer sous l'effet de la température, de l'ensoleillement et de la composition de l'eau. Elles prolifèrent dans des eaux riches en azote et en phosphore. Elles s'échouent massivement dans certaines baies en fonction des marées, vents, courants. Ce sont les "marées vertes".

    Y'a pas un truc qui vous "choque" ? On nous fait de la poésie avec la laitue de mer, mais on ne fournit aucune information sur les causes de ces algues vertes, aucune mention du rôle de l'agriculture intensive dans le merdier. Le seul tracteur dessiné sur le panneau, c'est le gentil qui tire la remorque sur laquelle les algues sont évacuées.

  11. @ Guénaêl
     
    Ou vous n'avez pas étudié le problème des pollutions agricoles en Bretagne ou vous êtes d'une grande naïveté! Connaissez vos la mauvaise foi, la rapine, le mensonge, la dissimulation, l'ethnisme régionale et l'appat du gain? P

  12. @ Guénaêl
     
    Ou vous n'avez pas étudié le problème des pollutions agricoles en Bretagne ou vous êtes d'une grande naïveté! Connaissez vous la mauvaise foi, la rapine, le mensonge, la dissimulation, l'ethnisme régionale et l'appât du gain? Parceque tout est là. ( merci Le Drian!)
     
    La base du problème est la désastreuse décentralisation commencée par Deferre ministre aux manières maffieuses qui voulez  remettre en place un système de barronies féodales en France, afin que chaques bleds tirent profit de ses spécificités locales: Zones inondables,  élevages et  agricultures intensives, culture nationaliste subventionnée  pas le conseil général etc.
     
    Les pollueurs en Bretagne? Le sujet est tabou et ils discutent tranquilles au dessus de Paris (au dessus de nos lois republicaines)  avec le soutiens de  leurs élus. la corruption n'est pas mise en valeur sur une pancarte pour touriste, vous en étonnez vous?
     
    En attendant nous payions les dégats et les pollueurs sont loin d'être les payeurs…
     
    N.B. C'est surtout la chaleur qui fait pousser la salade, revenez en été.

    • Bah. C'est juste que, un peu comme les gamins qui s'amusent à se faire peur, je joue encore à plus naïf que je ne le suis vraiment (ou ne crois l'être, du moins). Quand même, faut avouer que je reste encore un peu con : le "ê" à la place du "ë" m'a mis de mauvais poil, et, même si ça n'a pas de rapport, j'ai failli prendre votre commentaire pour de la condescendance.
       
      Bon, sinon, le consommateur et l'électeur sont tout autant responsables que l'agriculteur ou l'éleveur. Le premier se fait manipuler à chaque occasion tout au long de sa vie, le second se fait entuber à tout bout de champ par l'agro-pétro-industrie et enchainer par le Crédit Agricole. Difficile de s'extraire de cet état d'imbécilité, il faut juste avoir la chance d'avoir un début de déclic, envisager puis admettre l'hypothèse qu'on se fait manipuler au delà de toute imagination, avoir ou prendre du temps pour chercher de l'info ailleurs que chez les menteurs professionnels, utiliser ses neurones pour réfléchir et comprendre la vérité non officielle, et enfin être capable de remettre en cause pas mal de choses sur lesquelles on a construit sa petite vie. J'en connais qui ont mis un paquet d'années simplement pour arriver à ce déclic. J'ai beau écrire ça, je suis le premier à l'oublier en râlant contre la bêtise de nos congénères.

Laisser un commentaire