De l’argent il y en a, dans les poches du patronat !

Slogan éculé pour vieux cégétistes blanchis sous le harnais de dizaines d’années de manifs ? Certes. Mais tout naïf et un rien démago qu’il puisse paraître, il reflète aussi une réalité certaine, comme on le verra un peu plus loin.


Allons, les enfants, on répète encore une fois : il faut reculer l’âge des retraites, parce que… Oui Nadine ?

- Parce que tout le monde est d’accord : il faut une réforme !

Très bien, Christian ?

- Parce que tous les autres pays l’ont fait avant nous.

Tout à fait ! Jean-François ?

- Parce que tous les économistes sont d’accord là-dessus.

C’est clair, Xavier ?

- Parce qu’on vit plus longtemps !

Evidemmment ! Dominique ?

- Parce qu’on finit ses études plus tard !

OK, Benjamin ?

- Parce qu’on vit plus longtemps et que tous les autres pays l’ont déjà fait !

Heu, ça on l’a déjà dit, il faudra que tu apprennes un jour à faire autre chose que répéter bêtement ce que les autres ont dit ! Luc ?

- Parce que le déficit est déjà de 30 milliards d’euros par an, et que si on ne fait rien il sera de 100 milliards par an en 2050.

Indéniable ! Eric ?

- Pffff ! C’est évident, enfin ! Tout les gens intelligents l’ont bien compris. Et puis la démocratie, c’est au Sénat, pas dans la rue, et justement ils viennent de la voter, la loi ! Alors qu’ils reprennent le boulot, ces feignasses, et qu’on passe à autre chose… C’est agaçant à la fin, de toujours devoir tout expliquer, même des trucs évidents comme ça. Et en plus, j’ai rien fait de mal…

Bon, parfait, apparemment on est au point. Tout le monde a bien compris sa mission ? Allez zou, sur toutes les radios, dans tous les JT, tous les jours, inlassablement, vous m’expliquez la même chose. N’ayez pas peur, de toute façon les journalistes on les a bien en main, ils ne vous contrediront pas.

Je suppose que vous avez reconnu, pour l’avoir entendue quelques millions de fois, la rengaine des partisans de la “réforme”. Pour l’avoir contestée dans mon billet précédent, j’ai subi un déluge de compliments et d’allusions variés : URSS, stalinien, Cuba, Corée du Nord, léniniste, nul en économie, et j’en passe. Je les réfute absolument toutes, ça va sans dire. Mais voilà bien une réaction typique des adeptes de la secte libérale, tellement endoctrinés qu’ils ne comprennent pas et supportent encore moins qu’on aille réfléchir au delà des murs qu’ils ont érigés autour de leur cerveau sclérosé. C’est comme ça et puis c’est tout.

Pour ces gens-là, c’est clair : hors le libéralisme, il n’y a que le communisme. (Deux idéologies adoratrices de la croissance, tiens). Et le communisme, c’est beurk. Fermez le ban.

Pourtant, lorsqu’on regarde la France en face, on voit souvent en filigrane les contours de la Corée du Nord et la tête de nœud de Kim Jong Il. Tenez : TCE, Woerth-Bettencourt, Karachigate, Tarnac, TCE, passage en force devant les assemblées “représentatives”, bafouement du droit de grève, gardes à vue illégales, videosurveillance omniprésente, Loppsi, expulsions inhumaines d’étrangers, bébés dans les centres de rétention, Roms, Jean et Guillaume Sarkozy, Fouquet’s, Bolloré, Bouygues, Lagardère, Dassault, Pérol, Tapie, les Balkany, Kadhafi, Genestar, Guillon, Porte, Val…

Eh bien oui, les “évidences” qui conduisent à l’augmentation de l’âge de la retraite, je les conteste. Car elles cachent souvent de viles escroqueries intellectuelles. Quelques exemples :

La comparaison avec d’autres pays est complètement biaisée. La plupart de ces “autres pays” sont encore bien plus atteints que nous par les méfaits du libéralisme et ne sont donc en aucun cas des exemples à suivre, mais quand on y regarde de plus près, on a vite fait de comparer des carottes et des choux-fleurs… Tiens, au Luxembourg, petit pays que je connais fort bien, on dit que l’âge légal de la retraite est de 65 ans. Mais cet âge correspond plutôt à la deuxième borne, celle qu’on vient de passer à 67… Pour le reste, il faut avoir cotisé 40 ans (chez nous c’est 41, que le P”S” souhaite encore augmenter !), et celui qui satisfait à cette condition peut partir dès 57 ans à taux plein… Le Luxembourg serait-il plus stalinien que la France ?

Ceux qui s’intitulent “économistes” et qui approuvent la réforme sont ceux qui polluent à longueur de temps les ondes des radios et des télés (d’où leur surnom de téléconomistes), et qui, en bons petits soldats du libéralisme ne font que paraphraser en boucle les dogmes habituels, les odes à la Sainte Croissance, noyés sous des flots de jargon pédant. Tout compétents qu’ils se prétendent, ils ne font que pérorer sur le passé, et sont strictement infoutus de prévoir ce qui se passera d’ici un an. Je rappelle qu’aucun d’entre eux n’avait vu venir la crise des subprimes (Lire à ce sujet “The Big Short” , de Michael Lewis, dont la traduction française vient de sortir : un livre éclairant sur l’incompétence, l’aveuglement, le parasitisme et la prétention sans bornes de cette engeance). Ils ne comprennent donc rien à leur propre “science”. Je précise que je ne mets pas dans ce sac les quelques rares individus qui réhabilitent la profession, tels que Paul Jorion (qui lui avait réellement senti venir les subprimes) ou Frédéric Lordon, toujours aussi passionnant, et qui prône la suppression de la bourse, avec des arguments intéressants. L’un ne sévit que sur Internet, l’autre sur des médias gauchisants et plutôt confidentiels (dans le Diplo ou chez Mermet).

De plus, un économiste qui pense qu’une croissance infinie est possible dans un monde fini, et c’est le cas de la quasi-totalité d’entre eux, il peut m’étaler tous les diplômes universitaires qu’il voudra, ça reste un gros con épais qui ne comprend rien au monde qui l’entoure et dont toute parole même largement diffusée est parfaitement nulle, non avenue, et dépourvue de la plus petite once d’intérêt.

La réforme des retraites n’est qu’une mesure supplémentaire pour prendre de l’argent aux salariés afin qu’il en reste plus pour les actionnaires dont les dividendes doivent ABSOLUMENT augmenter TOUS LES ANS. Quand on a compris ça, on a tout compris. Quand on sait que le déficit public de la France (mais aussi celui de tous les autres pays Européens) enrichit les banques depuis qu’on a retiré le droit aux banques centrales de fabriquer de la monnaie, il y a de quoi se la mordre ! C’est quoi ce système de merde où nous consentons nous-même à notre propre ruine ?

J’ai entendu nombre de politiciens dénoncer les voleurs de poules ou les fraudeurs au RMI. Qui dénonce les banquiers voleurs ? Non seulement ils ne les dénoncent pas, mais ils se livrent à eux pieds et poings liés !

Ceci dit, oui : il faut une réforme du financement du système de retraites. Mais pas celle-là, évidemment. Premier indice : qui est le plus fervent soutien de la “réforme” sarkozyste, qui a inspiré sa plume, et qui regrette qu’il ne soit pas allé plus loin ? Le patronat, évidemmment ! Laurence Parisot, Jean-François Roubaud… Si ces gens-là sont pour, il est évident que tous les salariés ordinaires doivent être contre, selon le principe qui enseigne que les intérêts des maroquiniers ne sont pas les mêmes que ceux des crocodiles, quoi qu’en disent les premiers.

C’est alors que je suis tombé sur une dépêche de l’AFP du 6 octobre dernier, relatant un rapport de la Cour des Comptes, et qui n’a pas eu le retentissement qu’elle méritait en cette période de révolte. Rappelons que la Cour des Comptes n’est pas une officine gauchiste underground connectée en sous-main au Venezuela, à l’Iran et à la Corée du Nord, mais une Noble Institution de la République chargée de contrôler la pertinence des dépenses publiques. Elle est assez inutile, puisque les gouvernements en place ne tiennent strictement jamais compte de ses avis, qui sont souvent pertinents.

Ses membres ne sont pas au NPA ou au Parti Pour la Décroissance, mais ce sont des notables bon teint de l’UMP ou du P”S”.

Son ancien président, feu Philippe Seguin, peu après avoir réclamé en vain une imposition moins ridicule des stock options , a payé de sa personne pour démontrer l’ineptie du concept d’allongement de la durée de la vie.

Et aujourd’hui, que dit-elle, la Cour des Comptes ? Si vous ne voulez pas tout lire, retenez cette phrase qui résume parfaitement la situation :


“Au total, les niches applicables aux entreprises, entendues au sens large, ont représenté un manque à gagner pour les finances publiques de 172 milliards en 2010, a calculé le Conseil des prélèvements obligatoires.”


Voici le texte intégral :

“Les niches fiscales profitant aux entreprises sont de plus en plus coûteuses et pas toujours efficaces, a affirmé mercredi la Cour des comptes, critiquant notamment la TVA dans la restauration ou les heures supplémentaires, deux mesures phares de la présidence Sarkozy.

Le Conseil des prélèvements obligatoires, organe rattaché à la Cour des comptes, a présenté un rapport sur les niches fiscales et sociales dont bénéficient les entreprises à la commission des Finances de l’Assemblée, qui l’avait commandé.

Ces dispositifs dérogatoires, les fameuses “niches” auxquelles le gouvernement a décidé de s’attaquer, ont connu au cours des dernières années “un développement rapide et peu maîtrisé”, souligne cette étude.

Et malgré le coup de rabot annoncé qui doit permettre à l’Etat de récupérer 9,4 milliards d’euros de recettes l’an prochain, il reste encore des marges de manœuvre sur ce terrain, laisse entendre le rapport présenté par le premier président de la Cour, Didier Migaud.

Au total, les niches applicables aux entreprises, entendues au sens large, ont représenté un manque à gagner pour les finances publiques de 172 milliards en 2010, a calculé le Conseil des prélèvements obligatoires.

Le recours à ces mesures dérogatoires est de plus en plus fréquent, déplore-t-il. Un constat d’autant plus “dommageable”, selon lui, que les niches sont plus faciles à créer qu’à supprimer.

Le rapport préconise donc une évaluation régulière de leur efficacité.

D’ores et déjà, il estime que certaines de ces niches ne remplissent pas les objectifs fixés.

Sont ainsi mis en cause les taux de TVA réduits (5,5%) dans des secteurs intensifs en main d’oeuvre, comme la restauration, qui ont un “impact limité pour un coût élevé”. Le Conseil propose la suppression de ce taux dans la restauration, qui coûte 3 milliards par an à l’Etat, ou, à défaut, son relèvement à hauteur de “10% à 12%”.

Malgré de nombreuses critiques, à gauche comme à droite, le gouvernement refuse pour le moment de toucher à cette TVA réduite, promesse du candidat Nicolas Sarkozy entrée en vigueur mi-2009.

Le rapport prône aussi la “remise en cause” de l’exonération d’impôts et de cotisations pour les heures supplémentaires, une des mesures emblématiques du “paquet fiscal” de 2007, censée traduire en actes le slogan “travailler plus pour gagner plus”.

Leur “effet sur l’emploi est ambigu”, estime le Conseil. Car “l’accroissement de la durée du travail” peut “inciter les entreprises à substituer des heures de travail aux hommes”.

Autres niches visées: celles en faveur de l’épargne salariale (intéressement et participation), qui sont à l’origine, selon le rapport, d‘“effets d’aubaine”, en se substituant à des hausses de salaires.

L’objectif n’est pas de supprimer l’ensemble des niches, a insisté mercredi Didier Migaud.

Certaines ont fait la preuve de leur efficacité, comme les allègements de charges sur les bas salaires, qui ont des effets “robustes” sur l’emploi.

De même que le crédit d’impôt recherche, épargné par le coup de rabot, a “un impact significatif sur la recherche et le développement”. Seuls quelques ajustements sont proposés pour ces dispositifs.

Certains parlementaires entendent de toute façon aller plus loin que le gouvernement dans la réduction des niches.

Lors du débat qui s’ouvrira mi-octobre à l’Assemblée, le rapporteur général du Budget, l’UMP Gilles Carrez, va ainsi proposer des amendements notamment sur le crédit d’impôt intéressement et le crédit d’impôt recherche, pour tenter de “glaner” un milliard d’euros de recettes supplémentaires.”

Cent soixante douze milliards ! Diantre de fichtre ! 34 Kerviels ! Et tous les ans, évidemment. Rappelons que le déficit annuel actuel des retraites n’est “que” de 30 milliards, similaire au légendaire “trou de la sécu”.

Notons que la plupart de ces subventions ont eu pour prétexte la “création d’emplois”. Or, le chômage étant plus élevé que jamais, il serait peut être temps de constater l’échec total de ce système et d’avouer qu’une bonne partie de ces milliards est allée gaver les poches dilatées de gros actionnaires hilares devant tant de connerie !

À commencer par les ridicules et scandaleuses mesures du paquet fiscal, dont personne ne peut défendre l’utilité sans pouffer. 15 milliards d’euros.

Les exonérations de cotisations sur les bas salaires (dont il a été question dans les commentaires du billet précédent) coûtent au bas mot 30 milliards d’euros au budget de l’Etat ! Et je serai bien moins optimiste que le “socialiste” Migaud, actuel président de la Cour des Comptes, et qui pense que ces exonérations sont utiles à l’emploi…

Je croyais que les libéraux étaient viscéralement opposés à tout ce qui est étatique. Mais cela ne les empêche manifestement pas de trouver normal que leurs chères entreprises reçoivent un arrosage démentiel d’argent public ! Pour moi le “communiste” au contraire, je ne comprends même pas qu’une entreprise privée puisse avoir besoin de subventions publiques pour simplement survivre : si elle n’est pas rentable (généralement parce que son activité est inutile), qu’elle crève ! Au contraire, les activités publiques et déficitaires, que l’on trouve généralement dans le domaine social, doivent être soutenues : au moins c’est du pognon qui ne finira pas dans les fouilles des actionnaires !

Il est bien évident qu’avant même de réfléchir à n’importe quelle manière de colmater le gouffre des retraites et celui de la sécu, il faut immédiatement revenir 20 bonnes années en arrière au plan des aides aux entreprises capitalistes assistées. Je prends le pari que le trou des retraites et celui de la sécu cesseraient subitement d’exister !  Sarkozy et ses sbires font exactement l’inverse : avant même de réfléchir à autre chose (ils ne le font d’ailleurs jamais), ils repoussent l’âge de départ à la retraite, augmentent le nombre d’annuités nécessaires, déremboursent les médicaments, virent des fonctionnaires, doublent les prunes de stationnement et… prétendent supprimer l’ISF ! Plus con tu meurs !

Bon, la “réforme” scélérate vient d’être votée en toute hâte par des méthodes de voleurs, du même style que celles utilisées à l’Assemblée. La clique sarkozyste s’agite en tout sens pour passer à la suite, et va balancer force écrans de fumée pour tenter de faire oublier cette saloperie. Nommer en vitesse le “social” Borloo (ex avocat des affaires de Tapie, c’est dire…) au poste de premier ministre pour faire causer les journalistes d’autre chose que de manifs et de pompes à essence à sec.

Nos derniers espoirs reposent toujours sur la ténacité des manifestants, sur l’entrée en scène des étudiants, mais surtout sur les bloqueurs potentiels ! Amis routiers, à vous de jouer ! Salariés des raffineries, ne lâchez pas l’affaire ! Sarkozy aura beau envoyer l’armée pour débloquer les dépôts, si toutes les raffineries sont à l’arrêt, le blocage sera inéluctable, et le nain n’aura plus qu’à signer l’armistice, ça lui fera au moins une occasion d’avoir droit à une ligne dans les livres d’histoire… On compte sur vous !

[EDIT : comme on me l’a fort justement fait remarquer dans les commentaires, il ne suffit pas de compter sur eux. Ceux qui en ont les moyens peuvent envoyer un chèque à l’une des adresses listées sur ce site. Merci pour eux. Madame Bettencourt, si vous me lisez…]


84 thoughts on “De l’argent il y en a, dans les poches du patronat !

  1. ”On compte sur vous !”

    Grave erreur que de compter sur autrui.
    Les grévistes sont exangues.Ils perdent des journées de salaires et croyez bien que la paie du mois d’Octobre sera réduite à sa portion congrue.
    Le comportement de nos concitoyens est inadmissible alors qu’une vaste offensive libérale est en cours.Ces chéris pensent à leurs vavances alors que d’autres salariés se font casser la gueule sur des piquets de grève. Et vous nous demandez de tenir bon ?

    Les routiers ne bougeront pas car le matériel ne leur appartient pas. Ils n’ont pas le droit et donc rien ne se passera de ce côté. Les seules grèves de routiers du passé furent celles du patronat routier qui n’a pas hésité à bloquer le pays pour imposer son bon v;ouloir.

    Les grévistes ont besoin de votre soutien … financier avant tout car eux aussi ont des familles à nourrir et les huissiers ne leur feront pas de cadeaux.
    Ne vous étonnez pas qu’ils lachent prise d’ici peu et ne venez surtout pas vous plaindre après.

    • Analyse très juste, hélas. J’édite le bas du billet, et j’envoie mon obole… Même si des moyens modernes (style Paypal) eussent été plus efficaces que des chèques qui arriveront peut-être après une piteuse reprise du boulot…

  2. Je fais partie de deux mouvements citoyens en Belgique qui aimeraient apporter un soutien financier aux grévistes français - dans la mesure de leurs modestes moyens - mais sans savoir comment s’y prendre: sur quel(s) compte(s) envoyer l’argent et par quel moyen? (pas de carte bleue ni de chèques svp!)

    • Pour l’envoi de chèques de soutien aux raffineries
      Raffinerie de Grandpuits
      A l’ordre de “l’intersyndicale CFDT-CGT”
      A la raffinerie Total de Grandpuits, boite postale 13
      77 720 Mormant
      ou http://raffineriegrandpuits.fr/

      Raffinerie de Donges
      A l’ordre de la “CGT Raffinerie de Donges - actionretraite”
      A CGT, 4 rue Marceau, 44 600 Saint-Nazaire

      Raffinerie de Gonffreville-l’Orcher
      A l’ordre de “Sud-Chimie”
      A Sud Chimie, 6, rue Louis Blanc
      76 100 Rouen

      Raffinerie des Flandres
      A l’ordre de “Sud-Chimie RF”
      A Philippe Wullns, Route du Fortelet
      59 279 Mardyck

      Raffinerie de Fos-sur-Mer
      A l’ordre de “UL CGT Martigues”
      A CGT Martigues, Maison des syndicats
      Allée Benoit Frachon, 13 500 Martigues

      Et pour la caisse de solidarité pour les éboueurs qui bloquent la déchetterie d’Ivry-sur-Seine
      Ou au 43 rue Brunesseau, 75013, où ils sont depuis trois jours et trois nuits, devant la déchetterie.
      Ou à UL CGT Paris, pour la caisse CGT Nettoiement, 85 rue Charlot, 75003 Paris

      • @zergy

        Et quelles garanties a t’on que cet argent sera utilsé à ces fins là??? Tu donnes les coordonnées des instances locales de le CGT, ce qui est tout sauf une garantie d’un fléchage des versements malheureusement…

        • Parce que les personnes syndiquées, lorsqu’elles font grèves, reçoivent un peu d’argent du syndicat pour compenser les pertes de salaires. La somme varie en fonction de la caisse, et du nombre de jours grevés. Ça avoisine un 1/3 de journée de salaire, donc pas bézef.

          • La CGT possède pas mal d’argent dans ses caisses (1% patronal, 1%logement, UIMM …). Il suffit d’observer les moyens qu’elle déploie lors des manifs et que l’argent soit reversé exclusivement à ceux qui sont syndiqués me choque un peu.

          • Je ne suis pas certains que ce soit exclusivement pour les personnes syndiquées, tout comme je ne suis pas certain que ce soit systématique.

  3. Le “billet précédent” est excellent, très grosse joute verbale où la sémantique a pris le pas sur les arguments, mais les commentaires touchaient également les intervenants, “nord-coréens” aussi, fatalement.

    “Pour moi le “communiste” au contraire, je ne comprends même pas qu’une entreprise privée puisse avoir besoin de subventions publiques pour simplement survivre”

    ben si, parce que le libéralisme, en soi, ne survit pas plus que n’importe quelle autre doctrine, et n’est pas viable en lui-même. D’où la nécessité d’appeler le recours du financement public, qui remet en cause le libéralisme, que l’on devrait nommer pragmatisme, ou mieux : opportunisme. Surtout depuis que les tenants de ce courant ont démontré que ça ne fonctionnait, pas mieux que le Kommunism’, excepté pour les financiers

  4. Même si le patronat est à leur service, je pense que ce sont surtout les gros actionnaires qui détiennent l’argent. Ceux ci grâce à leurs différentes courroies de transmission, médias, politiques, éditocrates, sont les véritables responsables de la crise mais comme par hasard ils ne sont jamais exposés. Ainsi il serait préférable de les mettre tout d’abord sur le devant de la scène pour ensuite leur demander des comptes en vidant les leurs.

    • Ce sont parfois les mêmes : directeur ou président de la boîte, actionnaire majoritaire, et parfois même président de la S.C.I. qui loue les bâtiments. Juridiquement, ce sont 3 personnes différentes mais ça permet d’avoir le beurre, l’argent du beurre et la camion de la crémière.

  5. je ne comprends même pas qu’une entreprise privée puisse avoir besoin de subventions publiques pour simplement survivre

    Tu devrais comprendre la répartition des tâches : déficits publics, bénéfices privés.
    C’est le principe en vigueur depuis quelques décennies.

    • la grosse rigolade du cac 40 : les entreprises du cac 40 appartiennent majoritairement pour ce qui est du capital à des fonds de pension usa , ces entreprises sont de droit Français c’est tout

  6. allez super no dit nous : qui es donc ce patronat ? les complices ne seraient ils pas nos petits épargnants qui confient leur argent à des banques,actions ,assurances vies,placements , en attendant un rendement de X% , ce faisant , nos épargants donnent le levier (la corde ) aux gérants pour pendre leurs propres familles ……..

    • Tout à fait d’accord.
      Tous les gens qui placent leur argent sur des plans bancaires divers et variés genre Assurance Vie, sont des complices, qui scient le plancher pourri sur lequel ils essaient de tenir debout. Des collabos, donc !

  7. “De l’argent, ils en ont, dans leurs portefeuilles d’actions.”

    On peut le clamer sur le même air que “de l’argent, il y en a, dans les poches du patronnat”

    J’en ai eu du mal pour enfin finaliser ma pancarte sans oubli de lettre ou,carrèment, de syllabe… alors, je la garde pour les prochaines manifestations.

    Il n’y a pas que nous qui regardons, admirons, encourageons les grévistes et les bloqueurs : les autres peuples européens aussi (exemple MarcDS ci-dessus).

    P.S. : Une quête a été organisée à Paris par le parti de gauche pour soutenir les grévistes et elle a rencontré plutôt des réactions positives.

  8. Le référendum d’initiative populaire a été voté lors de la dernière révision constitutionnelle, mais n’a pas été promulgué!Alors que la réforme des retraites sitôt votée sera,elle ,promulguée.Il faut exiger un référendum,et la démission des ” casseurs” du gouvernement!

  9. Tout ce que tu énonces au début a été tellement “bien” rabâché par les pantins du gouvernement que ce sont les arguments que l’on entend le plus souvent dans son entourage.

    Un de ces mensonges qui m’énerve le plus, c’est la comparaison avec les autres pays européens. Comparaison, tu l’as dis, qui se révèle caduque si on étudie bien les normes de chaque pays. D’ailleurs si quelqu’un avait un lien concernant une étude des réformes des retraites de chaque autre pays européen, ça m’intéresserait.

  10. Boah …. C’est désert, par ici, ce soir …. Aussi désert que la chambre des sénateurs approuvant le projet de réforme des retraites !

    Voir ce lien sur le billet précédent, tout en bas des photos de manifs, photo n° 40 !
    http://www.boston.com/bigpicture/2010/10/france_on_strike.html

    Si, cependant, des sénateurs égarés sur ce blogue pouvaient nous assurer que la photo est purement et staliniennement mensongère ….
    (ce serait la photo d’une autre séance, par exemple Arf !)
    Nous retirerions illico nos médisances …. hein oui SuperNo ?

  11. Ce que j’ai vu passer sur Twitter :

    Députés du 57 ayant voté pour la #retraite à 62-67 ans : Grommerch, Grosdidier, Jacquat, Lang, Lett, Marty, Zimmermann

    Députés du 54 ayant voté pour la #retraite à 62-67 ans : Laurent Hénart, Lacques Lamblin, Philippe Morenvillier, Valérie Rosso-Debord

    Et voilà ce que j’ai trouvé en zappant un peu “joly-ment ” :

    http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article109078

    Les “Joly” -coeurs qui se foutent vraiment de nous ( http://www.leparisien.fr/nantes-44000/eva-joly-ee-il-faut-retirer-le-texte-sur-les-retraites-22-10-2010-1119683.php

  12. Nous voyons un peu partout des soutiens ( Belgique , Luxembourg , Espagne , …et maintenant en Grèce )au mouvement français .

    Et si toute l’Europe se mettait à lutter contre cette Europe ultra-libérale (voir mon commentaire précédent à 23h29 , qui met en lumière la trahison et le double langage de NOS députés européens (bénis-oui-oui comme les députés nationaux …beurk ! : ils me donnent envie de vomir …)

    C’est une véritable guerre qu’ils nous font . ils ne s’arrêteront que quand NOUS les arrêterons .

  13. Luxembourg : Dans le Grand-Duché, un retraité touche en moyenne 98,1 % de son salaire lorsqu’il part à la retraite après quarante ans de cotisation, et ce dès l’âge de 60 (même si la plupart des Luxembourgeois ne prennent leur retraite qu’à 65 ans).

    http://www.csmonitor.com/World/Global-Issues/2010/1019/Europe-s-5-most-generous-pension-systems/Luxembourg

    Au moins, il existe un havre de paix, où les salariés sont heureux !

    Pour la France, c’est peanuts.

  14. Je ne sais pas vaiment d’ou le Luxembourg tire sa richesse. C’est plus ou moins un paradis fiscal (tout depend de la definition du paradis fiscal). Peut-on donc imaginer que les revenus de ce pays viennent en grande partie de la finance? Dans ce cas, les retaites peuvent-elles être payées en partie par les revenus de la finance?
    SuperNO?

  15. Désolé SuperNo, désolé les amis, mais je n’arrive même plus à m’intéresser à ce billet pourtant 100% pertinent. J’en ai ma claque de ces élus “socialistes” et “verts” qui se payent notre tronche par leurs votes à Paris ou à Bruxelles.

    Vous avez probablement vu les images et lu les commentaires concernant les vrais-faux casseurs qui ont faussement attaqué un monsieur s’interposant à un mec qui défonçait une vitrine. Arrêt sur Images en a fait un billet assez complet : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3473. J’ai même vu un article sur Le Monde avec des liens vers des articles loin d’être conventionnels (type Article 11) !

    Je viens de passer quelques minutes à chercher des infos sur ce qu’il s’est passé à la “prison” de la Place Bellecour à Lyon jeudi 21 octobre. Regardez les deux vidéos sur le site de Rebellyon, puis lisez les nombreux témoignages. Ce ne sont pas des montages. On ne peut pas croire que ces témoignages soient des faux. Putain, ça y est, ça craint complètement maintenant. J’ai les boules, de peur et de rage. Et je suis là comme un con devant mon PC.
    http://rebellyon.info/Temoignages-sur-la-prison.html

  16. “je ne comprends même pas qu’une entreprise privée puisse avoir besoin de subventions publiques pour simplement survivre : si elle n’est pas rentable (généralement parce que son activité est inutile), qu’elle crève !
    C’est-à-dire que ses salariés et leurs familles crèvent ?

    • Si SuperNo avait voulu dire que les salariés et leurs familles crèvent, il l’aurait écrit tel quel. Mais il a bien écrit “qu’elle crève”. Il précise même : “Au contraire, les activités publiques et déficitaires, que l’on trouve généralement dans le domaine social, doivent être soutenues : au moins c’est du pognon qui ne finira pas dans les fouilles des actionnaires !”

      C’est clair et limpide, non ?

      Plutôt que de subventionner des sociétés privées prédatrices d’humains et d’environnement, nos gouvernants feraient mieux d’utiliser l’argent de nos impôts pour des activités sociales, non décérébrantes, écologiques, soutenables, tout cela dans l’intérêt général. Et ces activités pourraient justement permettre à ces néo-esclaves salariés d’avoir un emploi digne et utile.

      C’est pas compliqué à comprendre, pourtant !

      • Si j’avais voulu dire que je n’étais pas d’accord avec l’argumentaire de SuperNo , je l’aurais écrit tel quel . Par contre , je suis étonné , venant de lui , par la sentence : elle me rappelle le pouce tourné vers le bas dans les combats d’esclaves-gladiateurs . Je pose donc à SuperNo la question de savoir si , pour lui , cette sentence reste sans nuance et sans appel . Formulé autrement , que deviennent les salariés et leurs familles des entreprises auxquelles s’appliquerait un tel jugement ?
        Pour moi , une entreprise inutile , qu’elle soit privée , privatisée , nationalisée ou publique , ne mérite pas d’être maintenue en survie artificielle . Ni par ses créanciers , ni par ses banquiers , ni par des subventions publiques . Mais tous ses salariés méritent d’être accompagnés vers un autre emploi , pas seulement par le droit du travail et les conventions collectives , mais en plus par une indemnisation au titre de la catastrophe que c’est pour eux et pour leur famille .
        Ah , mince ,il y a SuperNo qui me répond lui-même plus bas , je préfère .
        Lecture faite , vous ne parlez plus d’entreprises inutiles mais d’entreprises qui licencient et/ou qui délocalisent , ce qui n’est pas du tout pareil : voulez-vous dire que vous élargissez le champ de votre verdict ? Si oui , j’élargis ma question à tous les salariés , publics ou privés , qui se retrouvent dans la merde .

    • Ha, ha vous suivez les mêmes cours de comm que Benjamin Lancar ?

      Alors si je n’ai pas été assz clair :
      Toute activité à caractère de Service Public doit être publique. Elle peut même être déficitaire si c’est dans l’intérêt public (exemple : des transports en commun gratuits, l’école gratuite… Toute activité privée à caractère commercial (je ne suis pas communiste, je ne vois pas l’intérêt de nationaliser mon plombier ou mon boulanger, tant qu’ils satisfont aux critères de revenu maximum et de respect scrupuleux du code du travail pour leurs employés) se doit pour le moins d’être viable.

      A chaque fois que l’Etat subventionne une entreprise privée, les pertes sont pour sa gueule, et les bénéfices pour les actionnaires. On l’a vu pour la sidérurgie, la banque, l’automobile…

      Quand on privatise des Services Publics, on garde une société publique dans laquelle on colle toutes les dettes et toutes les cativités déficitaires, et on ne donne que les activités juteuses au privé : cf EDF, SNCF, bientôt La Poste…

      L’emploi est le principal moyen de chantage utilisé. Or plus il y a d’aides, et plus il y a de chômeurs !
      Sarkozy offre 3 milliards par an aux restaurateurs. En échange, ils avaient promis de créer 20000 emplois en 2009. Ca fait 150000 euros par an et par emploi ! A ce compte là, il aurait infini mieux valu créer 100 000 emplois socialement utiles à 2000 euros par mois… Surtout que dans les faits ils n’ont quasiment créé aucun emploi : de la dilapidation pure et simple de l’argent public.

      Enfin, ne perdons pas de vue que ce qui fait que des familles se retrouvent dans la merde, c’est la plupart du temps que les actionnaires de l’employeur décident que quelques milliers de licenciements et/ou une bonne délocalisation seraient bons pour leurs dividendes tout en incitant les autres à se tenir tranquille

      … et dans le monde que j’imagine, le Revenu Minimum d’Existence permettrait d’éviter de se soucier d’avoir ou non du travail

  17. Ne pas oublier non plus que le medef à plein de pognon aussi ….
    Il aide également les entreprises qui ont eu des grèves ….
    Pour les salariés c’est un peu plus compliqués hélas ….

  18. On vient de m’envoyer un article tiré du Canard Enchaîné d’il y a 15 jours, titré “Woerth voulait sauver sa petite retraite”.


    Ce fut l’un des derniers combats d’Eric Woerth à Bercy. Quelques semaines avant de faire ses valises pour mener la réforme des retraites en tant que ministre de la Solidarité [Edit : si si, so-li-da-ri-té, mais pas avec n’importe qui], il a mobilisé deux membres de son cabinet, dont un inspecteur des finances. Leur mission : maintenir les avantages du minuscule régime de retraite des conseillers régionaux de Picardie.
    Depuis 1992, ces élus bénéficient d’un système (complémentaire à leurs autres revenus) particulièrement avantageux. Ils n’ont pourtant jamais versé un centime de cotisation ; c’est la Région qui, aux frais des habitants, a ouvert un fonds par capitalisation de 1,3 million, géré par la Caisse nationale de Prévoyance (CNP). A partir de 61 ans, chaque ancien conseiller régional reçoit ainsi une rente annuelle de 5488 euros par mandant de six années effectué. Soit l’équivalent du SMIC pour deux mandants (douze ans).
    Mais, en décembre dernier, la CNP a constaté que, compte tenu, notamment, de l’accroissement de l’espérance de vie, ce mini-fonds de pension était à sec. Du coup, la Caisse allait devoir fermer son guichet à tout nouveau bénéficiaire. Colère des élus, qui tirent aussitôt la sonnette de Woerth. Lequel charge ses propres conseillers de ramener à la raison la CNP (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations).
    Grâce à son intervention, un système autrement plus généreux que le régime général des retraites auquel il vient de tailler des croupières devrait être maintenu. Remarque, au passage : le ministre Eric Woerth est aussi conseiller régional de Picardie. Mais puisqu’on vous dit qu’il n’y a pas de conflits d’intérêts…

    Enfin bon, on n’est plus à ça prêt, avoir sa tête sur le billot, il le mérite depuis longtemps.

    • Le texte a été adopté par 177 voix contre 153. La majorité UMP et Union Centriste a voté pour sauf les centristes du MoDem qui se sont abstenus. La gauche PS, CRC-SPG (communistes et parti de gauche), Verts et RDSE (Radicaux, à majorité radicaux de gauche) ont voté contre.

      24 péquenots (selon la peau lisse) mettent 2 ans de plus à tous le monde et sans débat s’il vous plait !

      Sénateurs qui sont élus par les députés de l’Assemblée Nationale, les conseillers régionaux et les conseillers généraux voire certains délégués départementaux. On se concentre sur la présidentielle en négligeant tous les contre-pouvoirs !

      Faut vraiment les virer, étape par étape à commencer par l’échelon municipal !

  19. Je fais tourner le lien de soutien à ceux qui font grève dans les raffineries.

    Une question me taraude : si en 2012 Sarkosy venait à se retrouver en slip, est-ce que le nouveau gouvernement pourrait re-changer cette réforme des retraites ???

    Sarkozy ne serait-il pas entrain de faire perdre ses futures élections à lui ainsi qu’à son parti ?

    A-t-il conscience de la réalité ou croit-il réellement qu’il va gagner 2012 ?

    • Edifiant, mais n’oublions pas que la chasse vient de rouvrir et que c’était un bon petit test gouvernemental.

      Ça défoule la milice, ça rassure les vieux rentiers réac’, ça calme les ardeurs des jeunes, et l’état peut paufiner sa contention de la population qui manifeste un peu trop sa grogne. Accessoirement, on apprend à museler correctement l’information pour que rien ne transpire. Je m’approche du point godwin.

  20. “Au total, les niches applicables aux entreprises, entendues au sens large, ont représenté un manque à gagner pour les finances publiques de 172 milliards en 2010, a calculé le Conseil des prélèvements obligatoires.”

    Dommage qu’il n’y ait pas la liste complète…

  21. La France appartient désormais à une famille qui se croit “seule”, la famille Sarkozy. Après Jean qui revient en force, voici Guillaume le frère qui fait un hold-up sur l’argent des retraites ! ! et tout est PRÉVU pour que ça fonctionne …http://www.lepost.fr/article/2010/10/26/2282123_guillaume-sarkozy-cree-un-incident-au-senat.html. Où l’indécence s’arrêtera-t-elle ?. Où sont les journalistes pour enquêter ? ?plus ils en ont, du fric, plus ils en veulent …Il faut sortir de ce système, le 7 décembre, videz le peu qu’il vous reste de votre “banque”. http://sos-crise.over-blog.com/article-greve-contre-les-banques-le-7-decembre-2010-retirons-notre-argent-59578657.html

  22. Réforme des retraites en Bolivie :

    Le ministre de l’économie de Bolivie a annoncé que la nouvelle loi sur les retraites serait largement à l’avantage des travailleurs boliviens qui vont pouvoir partir dès 58 ans, et non plus 65 ans…

    (voir “le monde diplomatique” de novembre 2010, page 2)

  23. Ok il faut vérifier que tout ça s’est réellement passé (c’est vrai quoi, c’est dingue le nombre de mythomanes en ce moment), ok cette sale histoire est racontée sur internet (pouah ! c’est sale, internet), en plus c’est un blog sur le site de mediapart (beurk ! c’est caca, médiapart).
    http://www.mediapart.fr/club/blog/drapher/241010/garde-vue-des-six-lyceens-de-fontainebleau-un-couple-pris-dans-les-violence

    J’avais plus rien à vomir depuis au moins 2-3 heures, me voici ré-alimenté.
    Vous dites, hein, si je deviens trop saoulant.

Laisser un commentaire